En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Mon expérience de l'orthopédie chinoise

Paru dans le numéro N°273 - Avril 2018
Article consulté 217 fois

Mon expérience de l'orthopédie chinoise

Par Jean-Louis BRIARD dans la catégorie TRIBUNE
Mont Saint Aignan - 76130 France / [email protected]

En 1968, je devais faire mon service national et j’ai eu la chance de pouvoir le faire en Chine. Cela m’a permis d’observer le service médical chinois depuis cette période et je n’ai cessé depuis d’y retourner et de nouer des contacts avec nos collègues chinois.

 

En 1968, je devais faire mon service national et j’ai eu la chance de pouvoir le faire en Chine. Cela m’a permis d’observer le service médical chinois depuis cette période et je n’ai cessé depuis d’y retourner et de nouer des contacts avec nos collègues chinois.

Le jeune J.L. Briard en photographe.

 

La révolution culturelle

Après la victoire de l’armée populaire de libération en 1949, la situation est dramatique. Les élites sociales, économiques et scientifiques quittent le pays ou vont être persécutées. Le pays est sinistré et a perdu ses cadres. Tout est à reconstruire. Ce pays au départ très agricole va rapidement remettre sur pied tout le système éducatif et progresser dans tous les domaines au prix d’efforts considérables et très contraignants. Dans les hôpitaux, de nombreux professeurs déjà formés avant 1949 en Chine parfois en collaboration avec des Français, des Allemands ou des Américains décident de s’investir à fond dans la nouvelle grande aventure de leur pays. La Chine entière progresse malgré la répression très dure sur les classes aisées et éduquées et l’effort d’équipement très coûteux qui oblige l’état à se saigner pour rembourser l’Union Soviétique.

Les nouveaux cadres politiques issus de la longue marche, essayent d’adapter le communisme. Une certaine...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous