En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Métastases du squelette périphérique : qui opérer, par qui, quand et comment ?

Paru dans le numéro N°282 - Mars 2019
Article consulté 324 fois

Métastases du squelette périphérique : qui opérer, par qui, quand et comment ?

Par Julien Wegrzyn *, Paul Bonnevialle **, Nicolas Reina **, Frédéric Sailhan*** dans la catégorie MISE AU POINT
* Hôpital Édouard Herriot, Hospices Civils de Lyon / INSERM UMR 1033, Université de Lyon / Centre Expert en Métastases Osseuses et Oncologie Osseuse Secondaire – CEMOS, Hospices Civils de Lyon - ** RCP d’Algologie Institut Universitaire du Cancer. Oncopôle Toulouse / Hôpital PP Riquet Toulouse - *** Hôpital Cochin AP HP / Clinique Arago

Le squelette est le troisième site électif des localisations métastases après le foie et le poumon. A leur différence, la survenue d’une métastase osseuse (méta os.) ne met pas en jeu directement le pronostic vital mais compromet la qualité de vie par la douleur et ou la fragilité osseuse avec pour terme ultime et dramatique la fracture pathologique.

 

Le squelette est le troisième site électif des localisations métastases après le foie et le poumon. A leur différence, la survenue d’une métastase osseuse (méta os.) ne met pas en jeu directement le pronostic vital mais compromet la qualité de vie par la douleur et ou la fragilité osseuse avec pour terme ultime et dramatique la fracture pathologique. Les tumeurs viscérales ostéophyles (TVO) sont les adénocarcinomes du sein, du rein, de la prostate, du poumon et de la thyroïde. La méta os. est une étape évolutive signant le caractère quasi non curable, ajoute un site tumoral à gérer et modifie l’attitude thérapeutique générale.

La prise en charge des méta os. a considérablement évolué en raison des progrès de l’imagerie diagnostique et interventionnelle [Cotten A et al. Radiology 1996; 200: 535 / Chiras J et al. Bull Cancer 2007; 94: 16. / Sans N et al. J Radiol 2007; 88:1221/ Gangi A et al. Semin Interv Radiol 2010 ; 27 : 124/ Iannessi A et al. Bull Cancer 2013 ; 200 : 1163 / Pellerin O et al. Cardiovasc Intervent Radiol. 2014; 37:730], d’un contrôle plus efficace de l’ostéolyse par les inhibiteurs du remodelage osseux [Sousa S et al. Calcif Tissue Int 2018 ; 102:227 /Body JJ et al. Bull Cancer 2013 ; 100 : 1207 / Debiais F et al. Bull Cancer 2013 ; 100 :1199] et de la radiothérapie...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous