En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
L'utilisation du dithiotréitol (DTT)  pour une approche diagnostique  innovante des infections associées  aux biofilms

Paru dans le numéro N°318 - Novembre 2022
Article consulté 117 fois

L'utilisation du dithiotréitol (DTT) pour une approche diagnostique innovante des infections associées aux biofilms

Par Thami Benzakour (1), Guenter Lob (2), Hazem Alkhawashki (3), Chingiz Alizadeh (4), Lorenzo Drago (5) dans la catégorie MISE AU POINT
1. Benzakour Thami - Zerktouni Orthopaedic Clinic - Casablanca, Morocco - e-mail: [email protected] 2. Lob Guenter - Section Injury Prevention, DGOU, 10117, Berlin, Germany – email: [email protected] 3. Alkhawashki Hazem - Advanced Medical Center, Riyadh 12482, Saudi Arabia. – email: [email protected] 4. Alizadeh Chingiz - Traumatology & Orthopedics Department. Baku Health Clinic, Azerbaigian. [email protected] 5. Drago Lorenzo - Clinical Microbiology, Department of Biomedical Sciences for Health, University of Milan, 20100 Milano, Italy [email protected]

Les implants utilisés dans les interventions chirurgicales peuvent se transformer en surfaces biotiques dans l'organisme des patients et encourager ainsi la colonisation et l'établissement de diverses espèces microbiennes. Les microbes, même s'ils sont généralement éradiqués par le système immunitaire inné de l'hôte, provoquent parfois des infections mortelles appelées « infections associées aux implants » (IAI).

Introduction

Les implants utilisés dans les interventions chirurgicales peuvent se transformer en surfaces biotiques dans l'organisme des patients et encourager ainsi la colonisation et l'établissement de diverses espèces microbiennes. Les microbes, même s'ils sont généralement éradiqués par le système immunitaire inné de l'hôte, provoquent parfois des infections mortelles appelées « infections associées aux implants » (IAI). Le système immunitaire est en effet moins enclin à éliminer les bactéries qui adhèrent à la surface de l'implant (1). Ces bactéries peuvent en outre survivre à la surface des implants et former des biofilms plus résistants aux agents antimicrobiens et créer une colonisation persistante. Un phénomène d'enveloppement par le biofilm survient et rend plus difficile l'éradication et l'identification des bactéries. Afin de déceler les véritables agents pathogènes, les biofilms doivent être éradiqués avant de mettre en place les méthodes microbiologiques standard (2).

Wildelman et al. ont très récemment rapporté que le taux de mortalité à 10 ans pour toutes causes confondues était plus élevé chez les patients présentant une infection articulaire prothétique (IAP) (45 %) par rapport aux patients candidats à une PTH sans IAP (29 %). L'évolution naturelle des...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous