En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
L’ostéotomie fémorale a-t-elle encore une place  dans la chirurgie conservatrice de la hanche ?

Paru dans le numéro N°285 - Juin / Juillet 2019
Article consulté 662 fois

L’ostéotomie fémorale a-t-elle encore une place dans la chirurgie conservatrice de la hanche ?

Par Frédéric Laude, Alice Nlandu, Roxana Viamont-Guerra dans la catégorie TECHNIQUE
Clinique du sport, 36 boulevard saint Marcel, 75005 Paris - France

La chirurgie conservatrice de la hanche a connu ces dernières années un renouveau tout à fait spectaculaire. La notion de conflit fémoro-acétabulaire bien développée par Rheinold Ganz a permis de comprendre une des causes majeures de coxarthrose et d’envisager un traitement précoce.

Introduction

La chirurgie conservatrice de la hanche a connu ces dernières années un renouveau tout à fait spectaculaire. La notion de conflit fémoro-acétabulaire bien développée par Rheinold Ganz a permis de comprendre une des causes majeures de coxarthrose et d’envisager un traitement précoce. Ganz a ainsi développé une technique de luxation antérieure de la hanche à ciel ouvert avec trochantérotomie[1] qui a permis de proposer des gestes comme la sphéricisation de la tête fémorale ou la réparation du labrum associée ou non a une acétabuloplastie. Si cette chirurgie s’est d’abord développée sous l’influence de son concepteur à ciel ouvert, c’est maintenant un geste qui se fait de manière systématique sous arthroscopie.

Depuis quelques années la notion d’instabilité de hanche avec ou sans dysplasie acétabulaire[3] commence à se faire jour et a permis là aussi de proposer au-delà de la « presque classique » ostéotomie périacétabulaire des gestes originaux comme la plastie capsulaire.

Mais s’il est bien une intervention qui était couramment pratiquée il y a une bonne cinquantaine d’années, et qui n’est quasiment plus enseignés aux jeunes chirurgiens, c’est bien l’ostéotomie correctrice de l’extrémité supérieure du fémur.

La prothèse de hanche est passée par là et a renvoyé aux...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous