En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
L’intérêt de l’ostéotomie de Zadek  dans les talalgies postérieures

Paru dans le numéro N°242 - Mars 2015
Article consulté 5607 fois

L’intérêt de l’ostéotomie de Zadek dans les talalgies postérieures

Par Yves Tourné (1), Anne-Laure Baray (2) dans la catégorie TECHNIQUE
1) 15, rue de la République, 38000 Grenoble, France 2) Sercice d’ Orthopédie et Traumatologie, CHUR de Saint-Etienne, 42000 Saint-Etienne

Les talalgies postérieures sont un motif fréquent de consultations podologiques. L’hypertrophie de l’angle postéro-supérieur du calcanéus, encore appelée « maladie de HAGLUND » reste l’étiologie la plus connue mais n’est pas en fait la cause la plus fréquente. Elle concerne aujourd’hui de jeunes femmes portant des escarpins à contrefort rigide et qui vont subir un conflit de l’insertion de leur tendon calcanéen et des bourses séreuses rétro-calcanéennes et rétro-achilléennes avec l’hypertrophie de cet angle postéro-supérieur. Mais d’autres entités ont depuis été démembrées, telles le calcanéus trop long, le pied creux ou les calcifications à l’insertion du tendon calcanéen qui selon leur volume peuvent représenter aussi une source de conflit. La rétraction du système suro-achilléo-plantaire pourra accentuer l’ensemble de ces tableaux cliniques.
Il n’existe donc pas un tableau clinique de conflit calcanéen postérieur mais plusieurs, chacun représentant une entité propre. Il y a malgré tout des passerelles entre ces différentes entités cliniques. Le risque commun à l’ensemble de ces talalgies postérieures est la dégradation progressive de l’enthèse conduisant à des lésions majeures tendineuses et une rupture ou une désinsertion à bas bruit.

Introduction

Les talalgies postérieures sont un motif fréquent de consultations podologiques (1) (Fig. 1).

Figure 01 Figure 01 – Bursite talonnière postérieure.

L’hypertrophie de l’angle postéro-supérieur du calcanéus, encore appelée « maladie de HAGLUND » reste l’étiologie la plus connue mais n’est pas en fait la cause la plus fréquente (2) (Fig. 2).

Figure 02 Figure 02 – « Maladie de Haglund ».

Elle concerne aujourd’hui de jeunes femmes portant des escarpins à contrefort rigide et qui vont subir un conflit de l’insertion de leur tendon calcanéen et des bourses séreuses rétro-calcanéennes et rétro-achilléennes avec l’hypertrophie de cet angle postéro-supérieur. Mais d’autres entités ont depuis été démembrées, telles le calcanéus trop long (Fig. 3), le pied creux (Fig. 4) ou les calcifications à l’insertion du tendon calcanéen qui selon leur volume peuvent représenter aussi une source de conflit (Fig. 5). La rétraction du système suro-achilléo-plantaire pourra accentuer l’ensemble de ces tableaux cliniques.

Figure 03 Figure 03 – Calcanéus trop long.
Figure 04 Figure 04 – Pied creux postérieur.
Figure 05 Figure 05 – Calcifications à l’insertion calcanéenne du tendon calcanéen.


Il n’existe donc pas un tableau clinique de conflit calcanéen postérieur mais plusieurs, chacun représentant une entité propre. Il y a malgré tout...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous