En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
L’instabilité latérale chronique de cheville

Paru dans le numéro N°299 - Décembre 2020
Article consulté 486 fois

L’instabilité latérale chronique de cheville

Par Olivier Barbier dans la catégorie MISE AU POINT
Hôpital d’Instruction des Armées Sainte Anne, service de chirurgie orthopédique, 2 boulevard Sainte Anne, 83000 Toulon / [email protected]

L’entorse latérale de cheville est un des traumatismes sportifs les plus fréquents. Même si le traitement fonctionnel est le plus souvent efficace, environ 30% des patients développeront une instabilité latérale chronique de cheville (ILCC).

L’entorse latérale de cheville est un des traumatismes sportifs les plus fréquents. Même si le traitement fonctionnel est le plus souvent efficace, environ 30% des patients développeront une instabilité latérale chronique de cheville (ILCC). L’évolution naturelle est le plus souvent péjorative en l’absence de traitement adapté, d’autant plus chez les sujets jeunes et sportifs. Les exigences croissantes des patients du fait des impératifs sportifs, professionnels et personnels sont tels qu’un traitement médical voire chirurgical s’impose. Le développement récent des techniques arthroscopiques a permis d’améliorer la prise en charge de ces patients.

Rappels

A. Définition

L’instabilité de cheville est définie comme une sensation anormale de déplacement du tenon talien par rapport à la mortaise tibio-fibulaire perçue par le patient et qui se répète dans le temps. Il s’agit d’un signe fonctionnel résultant d’un processus dynamique perturbant les rap-ports normaux des surfaces articulaires de l’articulation de la cheville. Elle peut revêtir différentes formes cliniques à type d’entorses à répétition classiquement mais également d’appréhension, d’une diminution des performances sportives, voire d’une simple gêne. Elle doit être différenciée de la laxité qui est un signe physique...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous