En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Ligamentoplastie externe de cheville anatomique et mini-invasive utilisant le gracilis : Technique  A.L.L. (Ankle Lateral Ligamentoplasty)

Paru dans le numéro N°274 - Mai 2018
Article consulté 651 fois

Ligamentoplastie externe de cheville anatomique et mini-invasive utilisant le gracilis : Technique A.L.L. (Ankle Lateral Ligamentoplasty)

Par Michel BENICHOU (1), Yannick ROUSSANNE (1), Jérôme DILIGENT (2) , Didier VIEJO (3) dans la catégorie TECHNIQUE
(1) - Polyclinique Saint-Roch, 560 Avenue du Colonel André Pavelet - Montpellier / (2) - Centre Chirurgical ADR - 6 rue Colette - 54000 Nancy / (3) - Centre hospitalier d’Agen, Route de Villeneuve sur Lot, Saint-Esprit - Agen

L’entorse externe de cheville est le traumatisme articulaire le plus fréquent, dont on évalue l’incidence à près d’1/10000 personnes par jour (1) soit environ 6000 entorses par jour en France.
L’instabilité chronique latérale de la cheville en est une séquelle fréquente, compliquant entre 5 et 20% des entorses. Le risque évolutif à long terme en est l’arthrose tibio talienne.

Introduction

L’entorse externe de cheville est le traumatisme articulaire le plus fréquent, dont on évalue l’incidence à près d’1/10000 personnes par jour (1) soit environ 6000 entorses par jour en France (2).

L’instabilité chronique latérale de la cheville en est une séquelle fréquente, compliquant entre 5 et 20% des entorses. Le risque évolutif à long terme en est l’arthrose tibio talienne (3).

Le premier traitement de l’instabilité est médical et comprend la kinésithérapie associée à la correction d’éventuels troubles statiques. En cas d’échec, des solutions chirurgicales de stabilisation de l’articulation talocrurale peuvent être proposées. Les techniques chirurgicales sont classées selon leur principe de réparation (4) en retente capsulo-ligamentaire isolée ou associée à un renfort, et en plasties de substitution utilisant le périoste, un tendon ou un hémi tendon para articulaire ou un transplant libre (gracilis, semi tendineux, plantaire grêle, hémi court fibulaire, troisième fibulaire…). Les différentes techniques chirurgicales retrouvent des résultats précoces relativement satisfaisants sur la stabilité de la cheville. Par contre les techniques non anatomiques ont montré leur insuffisance à long terme, étant source de distension progressive des plasties ligamentaires...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous