En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Ligamentoplastie du LCA par une plastie DIDT mixte continue avec plastie latérale originale : description technique et résultats à long terme (10 ans)

Paru dans le numéro N°300 - Janvier 2021
Article consulté 140 fois

Ligamentoplastie du LCA par une plastie DIDT mixte continue avec plastie latérale originale : description technique et résultats à long terme (10 ans)

Par S. Costes, P. Meynard dans la catégorie TECHNIQUE
Service de chirurgie orthopédique et traumatologique, CH Robert Boulin, 112 Rue de la Marne, 33500 Libourne, France / [email protected]

L’insuffisance de contrôle de la laxité rotatoire est un des principaux problèmes après reconstruction du Ligament Croisé Antérieur (LCA) par une Plastie Intra-Articulaire (PIA) isolée (25 à 38% de ressaut résiduel). Le mécanisme lésionnel engendrant dans la plupart des cas des lésions périphériques, il est rapporté jusqu’à 93% de rupture associée du LAL lors d’une rupture du LCA.

Introduction

L’insuffisance de contrôle de la laxité rotatoire est un des principaux problèmes après reconstruction du Ligament Croisé Antérieur (LCA) par une Plastie Intra-Articulaire (PIA) isolée (25 à 38% de ressaut résiduel (1,2)). Le mécanisme lésionnel engendrant dans la plupart des cas des lésions périphériques, il est rapporté jusqu’à 93% de rupture associée du LAL lors d’une rupture du LCA (3). Depuis la redécouverte du Ligament Antéro-Latéral (LAL) en 2013 par Claes (4), on assiste à un nouvel engouement pour les plasties mixtes. Des études récentes montrent que la présence d’une PAL pour pallier la rupture du LAL permet de diminuer le pivot shift résiduel après une ligamentoplastie du LCA (5,6). Par ailleurs, comme l’a bien étudié Engebretsen (7) sur une étude cadavérique, les contraintes sont partagées entre la plastie intra-articulaire et la plastie latérale, cette dernière prenant en charge 43% des contraintes ce qui permet d’espérer un taux de rupture de la plastie plus faible.

Depuis 2004, nous pratiquons une technique développée par le Dr S. Costes (8) utilisant un transplant continu et pédiculé avec les tendons ischio-jambiers : le DI (Droit-Interne) et le DT (Demi-Tendineux). Cette plastie a bénéficié de l’expérience du Dr P. Tramond qui a réalisé durant...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous