En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Les prothèses de la main et du poignet « Ensemble continuons à innover »

Paru dans le numéro N°281 - Février 2019
Article consulté 149 fois

Les prothèses de la main et du poignet « Ensemble continuons à innover »

Par Jean-Luc Roux*, Ahmed Zemirline**, Pascal Ledoux***, Gero Meyer zu Reckendorf*, Bruno Lussiez**** dans la catégorie CONGRÈS
* Institut Montpelliérain de la Main - Clinique Saint-Roch - 560, Av. du Colonel Pavelet - 34070 Montpellier ** / 6,Boulevard De La Boutiere, 35760 St Gregoire *** / Polyclinique du Parc, 48 bis Rue Henri Barbusse, 59880 Saint-Saulve / **** IM 2S 11, Avenue d'Ostende, 98000 Monaco

Les journées du Président, comme le voulait la tradition de la SFCM, se sont tenues dans un lieu cher au président, le village des Vans. Le choix du village natal d’Ollier était une évidence pour Jean-Luc Roux, lui-même né aux Vans.

 

Les journées du Président, comme le voulait la tradition de la SFCM, se sont tenues dans un lieu cher au président, le village des Vans. Le choix du village natal d’Ollier était une évidence pour Jean-Luc Roux, lui-même né aux Vans.

L’objectif de ces journées était de faire le point sur les prothèses de la main et du poignet. Le développement des prothèses au niveau de ces articulations reste très modeste contrairement à d’autres articulations comme la hanche, le genou ou encore l’épaule. Il parait donc évident qu’il faut continuer à innover à un moment où la demande thérapeutique des patients atteints d’arthrose de la main augmente.

« Ensemble continuons à innover » était le sujet d’une table ronde qui réunissait chirurgiens et industriels. C’était aussi le fil conducteur de ces journées, un véritable cri d’alarme qu’ont lancé ensemble chirurgiens et industriels confrontés à une règlementation qui risque d’anéantir l’innovation. En matière de prothèses de la main et du poignet les risques d’un statu quo sont majeurs.

Le vendredi matin, le président a accueilli les participants en rappelant dans son introduction les travaux d’Ollier, qui est considéré par beaucoup comme le père des arthroplasties. Dans la 2ème partie du 19ème siècle, avec son traité des résections, Ollier a...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous