En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Les polyéthylènes hautement réticulés : une alternative innovante et fiable au polyéthylène conventionnel dans les cotyles à double mobilité ? Validation biomécanique et implications cliniques

Paru dans le numéro N°275 - Juin/Juillet 2018
Article consulté 271 fois

Les polyéthylènes hautement réticulés : une alternative innovante et fiable au polyéthylène conventionnel dans les cotyles à double mobilité ? Validation biomécanique et implications cliniques

Par Matthieu MALATRAY, Vincent PIBAROT, Julien WEGRZYN dans la catégorie ACTUALITÉ
Service de Chirurgie Orthopédique du Membre Inférieur – Pavillon T, Hôpital Edouard Herriot, Hospices Civils de Lyon, 5, place d’Arsonval, 69437 Lyon - France

Le polyéthylène de haut poids moléculaires (UHMWPE) est le matériau constituant l’insert mobile des cotyles à double mobilité depuis leur invention. Les polyéthylènes hautement réticulés (XLPE) ont été développés au cours des dernières décennies dans les cupules conventionnelles afin d’améliorer la résistance à l’usure de l’insert et donc d’améliorer la survie des implants.

Introduction

Le polyéthylène de haut poids moléculaires (UHMWPE) est le matériau constituant l’insert mobile des cotyles à double mobilité depuis leur invention. Les polyéthylènes hautement réticulés (XLPE) ont été développés au cours des dernières décennies dans les cupules conventionnelles afin d’améliorer la résistance à l’usure de l’insert et donc d’améliorer la survie des implants [1-3]. Cette innovation commence à être proposée pour les cotyles à double mobilité dans la conception des inserts mobiles. Les propriétés mécaniques et de résistance à l’usure du polyéthylène dépendent à la fois de sa phase cristalline (cristallinité et morphologie cristalline) et de sa phase amorphe (degré de réticulation) [1-3]. Ses propriétés évoluent avec le temps in vivo du fait des contraintes mécaniques, des déformations subies et de l’oxydation. Afin de minimiser l’oxydation in vivo, les XLPE recuits ou refondus subissent un traitement thermique post-irradiation permettant de limiter ou d’éliminer les radicaux libres. Si les XPLE refondus de première génération ont démontré une amélioration significative de la résistance à l’usure, leurs propriétés mécaniques (ductilité, résistance à la rupture et résistance à la propagation des fissures) sont en revanche altérées en comparaison à...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous