En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Les étapes clés pour optimiser l'arthroplastie totale du genou

Paru dans le numéro N°318 - Novembre 2022
Article consulté 141 fois

Les étapes clés pour optimiser l'arthroplastie totale du genou

Par Christophe Jacquet, Maxime Fabre-Aubrespy, Matthieu Ollivier, Xavier Flecher, Jean-Noel Argenson dans la catégorie TECHNIQUE
Institut de Locomotion, Département de Chirurgie Orthopédique, Aix-Marseille Université, Marseille, France / [email protected]

Depuis plus de trente ans, l'arthroplastie totale du genou (PTG) a prouvé son efficacité pour traiter le stade terminal de l'arthrose [1]. Il y a eu un continuum dans l'optimisation étape par étape du succès de la procédure basée sur l'indication du patient, la technique chirurgicale, et la qualité du matériel offert au chirurgien pour restaurer la fonction du genou du patient et soulager la douleur.

Depuis plus de trente ans, l'arthroplastie totale du genou (PTG) a prouvé son efficacité pour traiter le stade terminal de l'arthrose [1]. Il y a eu un continuum dans l'optimisation étape par étape du succès de la procédure basée sur l'indication du patient, la technique chirurgicale, et la qualité du matériel offert au chirurgien pour restaurer la fonction du genou du patient et soulager la douleur.

Une meilleure sélection et préparation des patients avant la PTG réduira la probabilité de complications liées au patient [2]. Une technique chirurgicale standardisée avec une instrumentation fiable et une conception adéquate permettra à la chirurgie d'être la plus reproductible possible et de réduire les complications liées au chirurgien et à l'implant.

 

Optimiser le parcours du patient

Choisir l'indication et choisir le patient

Si l'on considère les résultats des PTG au cours des dix dernières années, il y a encore environ 20 % des patients qui ne sont pas satisfaits de leur résultat [3]. Le chirurgien de la prothèse doit résister lorsqu'il est confronté à ce qu'on appelle un patient à forte demande, avec un faible grade d'arthrose et de grandes attentes. Les patients qui subissent une PTG pour une arthrose de grade inférieur à 3 ou 4 doivent être informés qu'ils peuvent...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous