En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°311 - Février 2022
Article consulté 236 fois

Les démarches procédurales en orthopédie

Par Nicolas CHANZY dans la catégorie MEDICO-LEGAL
Chirurgien-conseil de la MACSF / [email protected]

Le chirurgien est souvent un acteur à part entière de sa propre mise en cause.
Nous ne pouvons que constater que le nombre de procédures en Chirurgie Orthopédique ne cesse de s’accroitre. Pour autant, la responsabilité du chirurgien n’est que peu fréquemment engagée.

Le chirurgien est souvent un acteur à part entière de sa propre mise en cause.

Nous ne pouvons que constater que le nombre de procédures en Chirurgie Orthopédique ne cesse de s’accroitre. Pour autant, la responsabilité du chirurgien n’est que peu fréquemment engagée. Il n’en demeure pas moins qu’il a fréquemment une responsabilité certaine dans le déclenchement de procédure.

En effet, l’analyse rétrospective des plaintes dans notre domaine de compétences révèle comme fait générateur du mécontentement du patient un manque de communication. Ce manque de communication peut se dévoiler en préopératoire tout comme en postopératoire précoce ou dans le suivi.

 

En préopératoire

Très certainement pour ne pas inquiéter le patient, un grand nombre de chirurgiens a tendance à banaliser l’acte opératoire en mettant en avant des suites systématiquement simples et une récupération fonctionnelle satisfaisante voire ad integrum. Il ne faut pas oublier que notre définition de la satisfaction en matière de récupération peut différer de celle du patient et de ce qu’il attend de nous. Par ailleurs, les réassurances de type « Dans trois semaines vous courrez comme un lapin », « Dans un mois, vous reprendrez le tennis », « Dans quinze jours, vos douleurs de dos seront du passé » sont prises au...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous