En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Le traitement médical de la polyarthrite rhumatoïde en 2005 : des avancées spectaculaires

Paru dans le numéro N°147 - Octobre 2005
Article consulté 2109 fois

Le traitement médical de la polyarthrite rhumatoïde en 2005 : des avancées spectaculaires

Par C. Villoutreix, V. Khanine, M. Rousière, F. Berrenbaum dans la catégorie MISE AU POINT
Service de rhumatologie, Hôpital Saint-Antoine, APHP, Paris

Le traitement de la polyarthrite rhumatoide (PR) s’est considérablement modifié au cours de ces dix dernières années. Même si celui-ci comporte toujours l’association d’un traitement de fond avec un traitement symptomatique (antalgiques, AINS, corticoïdes à faible dose, infiltrations locales), on assiste à un changement profond de la prise en charge thérapeutique. L’objectif est désormais de diagnostiquer et de débuter le plus tôt possible un traitement de fond, parfois même dès les premières semaines.

1. Une urgence diagnostique et thérapeutique

Le traitement de la polyarthrite rhumatoide (PR) s’est considérablement modifié au cours de ces dix dernières années. Même si celui-ci comporte toujours l’association d’un traitement de fond avec un traitement symptomatique (antalgiques, AINS, corticoïdes à faible dose, infiltrations locales), on assiste à un changement profond de la prise en charge thérapeutique. L’objectif est désormais de diagnostiquer et de débuter le plus tôt possible un traitement de fond, parfois même dès les premières semaines. On sait maintenant qu’il existe une fenêtre d’opportunité de quelques mois durant laquelle l’efficacité du traitement sur les destructions articulaires sera optimale (figures 1 et 2) permettant une amélioration de la qualité de vie. Par ailleurs, la prise en charge de ces patients demande désormais une équipe soignante multidisciplinaire ; cette approche ayant prouvé son efficacité sur la qualité de vie à moyen et long terme [1].

Figure 1. Incidence des érosions au cours de la PR. En moyenne 70 % des PR ont des érosions à 2 ans (D’après Van der Heijde, Br J Rheumatol 1995). 
----> : période durant laquelle l’introduction rapide d’un traitement de fond permet de ralentir...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous