En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Le syndrome du tunnel tarsien : diagnostic, étiologies et traitement

Paru dans le numéro N°100 - Janvier 2001
Article consulté 28234 fois

Le syndrome du tunnel tarsien : diagnostic, étiologies et traitement

Par P. Guillon, J.-M. Carcopino, L. Marie, Ph. Moinet dans la catégorie MISE AU POINT
C.H.I. Le Raincy - Montfermeil - Service de chirurgie orthopédique

La première description du syndrome du tunnel tarsien est récente. Koppel en 1960 évoquait les séquelles de lésions du nerf tibial postérieur. Keck en 1969 fut le premier à décrire une compression du nerf tibial postérieur par le ligament annulaire interne. Il s'agissait d'un jeune militaire qui, à la suite d'un entraînement intensif, présentait une anesthésie plantaire bilatérale. L'ouverture du ligament annulaire interne avait permis une récupération totale en 48 heures.

Introduction

La première description du syndrome du tunnel tarsien est récente. Koppel (13) en 1960 évoquait les séquelles de lésions du nerf tibial postérieur. Keck (12) en 1969 fut le premier à décrire une compression du nerf tibial postérieur par le ligament annulaire interne. Il s'agissait d'un jeune militaire qui, à la suite d'un entraînement intensif, présentait une anesthésie plantaire bilatérale. L'ouverture du ligament annulaire interne avait permis une récupération totale en 48 heures. Notre objectif est ici d'évoquer les circonstances du diagnostic de ce syndrome, d'en analyser les causes anatomiques et pathologiques, de présenter les types de traitements suivis, à l'éclairage de la littérature et d'une série de 30 cas opérés dans le service d'orthopédie du C.H.I. le Raincy Montfermeil.

 

RAPPELS ANATOMIQUES

a) Les parois du tunnel

En dehors, le fond du canal est fait d'un mur ostéo-articulaire complexe formé successivement par le bord postérieur du talus, l'interligne articulaire talo-calcanéen et enfin la face interne du calcanéum tapissée tout en bas par l'abducteur de l'hallux.

Plus en avant, ce mur n'est plus formé que par la partie antérieure du calcanéum surmontée par le sustentaculum tali et l'articulation...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous