En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Le Syndrome du canal carpien

Paru dans le numéro N°278 - Novembre 2018 - Cahier 1
Article consulté 293 fois

Le Syndrome du canal carpien

Par Nicolas Chanzy dans la catégorie COMPLICATIONS
335 rue de Vaugirard - 75015 Paris / www.chirurgie-orthopedie-chanzy.com

La chirurgie du canal carpien, couramment et fréquemment réalisée, n’est pas exempte de difficultés et peut, comme tout acte médical, être à l’origine de complications. La survenue de ces événements indésirables peut conduire à une réclamation du patient et parfois à la mise en cause de sa responsabilité civile professionnelle du chirurgien ayant pratiqué cet acte.

 

La chirurgie du canal carpien, couramment et fréquemment réalisée, n’est pas exempte de difficultés et peut, comme tout acte médical, être à l’origine de complications. La survenue de ces événements indésirables peut conduire à une réclamation du patient et parfois à la mise en cause de sa responsabilité civile professionnelle du chirurgien ayant pratiqué cet acte. L’adage selon lequel « mieux vaut prévenir que guérir » conserve tout son sens et il est important de conserver à l’esprit les quelques réflexes médico légaux permettant de limiter ou d’éviter les complications mais surtout les réclamations ou plaintes des patients.

 

Les réclamations et condamnations

Les principales causes de réclamation, en faisant abstraction de toute notion de responsabilité sont :

  • L’algodystrophie ;
  • Les lésions nerveuses péri-opératoires ;
  • Les récupérations incomplètes ;
  • Les lésions de l’arcade palmaire ;
  • Une cicatrice hyperesthésiante ;
  • La baisse de force ;
  • La récidive.

Naturellement, réclamation ne veut pas dire défaut de prise en charge.

Cependant, les causes de condamnation les plus fréquemment retenues sont :

  • Une indication opératoire prématurée ou non justifiée ;
  • Un défaut d’information tant sur les alternatives thérapeutiques que sur les complications ;
  • La mauvaise gestion d’une...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous