En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Le ligament antérolatéral du genou : qu’est-ce que l’on sait sur ses propriétés  anatomiques, histologiques et biomécaniques ?

Paru dans le numéro N°301 - Février 2021
Article consulté 516 fois

Le ligament antérolatéral du genou : qu’est-ce que l’on sait sur ses propriétés anatomiques, histologiques et biomécaniques ?

Par Thomas Neri (1), David Parker (2) dans la catégorie ANATOMIE
(1) Sydney Orthopaedic Research Institute (SORI). Inter-university Laboratory of Human Movement Biology (LIBM EA 7424), Université de Lyon - Jean Monnet, France. - (2) Sydney Orthopaedic Research Institute (SORI). / [email protected]

Le contrôle de l’instabilité rotatoire antérolatérale (ALRI) après une reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA) reste problématique. Quelle que soit la technique de reconstruction isolée du LCA utilisée (reconstruction anatomique, non-anatomique, simple ou double faisceau), une ALRI peut persister chez 10 à 30 % des patients.

Introduction

Le contrôle de l’instabilité rotatoire antérolatérale (ALRI) après une reconstruction du ligament croisé antérieur (LCA) reste problématique. Quelle que soit la technique de reconstruction isolée du LCA utilisée (reconstruction anatomique, non-anatomique, simple ou double faisceau), une ALRI peut persister chez 10 à 30 % des patients.

Cette situation a relancé l’intérêt suscité par les structures antérolatérales extra-articulaires. Paul Segond a décrit pour la première fois, en 1879, « une bande fibreuse nacrée, résistante qui se tend invariablement lors de la rotation interne forcée du genou » [1]. L’existence et le rôle de cette structure ont été à nouveau étudiés en 1976 par Hughston et al. dans leur travail sur les modes d’instabilité rotatoire du genou [2]. Un peu plus tard, Seebacher et al. ont décrit les trois couches anatomiques de la face latérale du genou [3]. La couche I correspondait à la bandelette iliotibiale (ITB). La couche II correspondait au rétinaculum patellaire. Enfin la couche III comprenait la capsule latérale, le ligament collatéral latéral (LCL) et une structure fibreuse antérolatérale. Laprade a également décrit le « mid-third lateral capsular ligament » et le « lateral collateral ligament complex » [4]. Plus récemment, après l’étude de...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous