En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Le Latarjet Arthroscopique Revisité : Technique Guidée & Fixation par Boutons Corticaux

Paru dans le numéro N°284 - Mai 2019
Article consulté 229 fois

Le Latarjet Arthroscopique Revisité : Technique Guidée & Fixation par Boutons Corticaux

Par Pascal Boileau, Patrick Gendre, Thomas D’Ollonne, Davids Saliken, Charles-Edouard Thélu, Jean-François Gonzalez, Marc-Olivier Gauci, Mikaël Chelli, Jérome Vogel, Nicolas Bonnevialle dans la catégorie TECHNIQUE
IULS - Institut Universitaire Locomoteur & Sports Hôpital Pasteur 2 - Université Côte d'Azur - Nice [email protected]

La "butée" de l’épaule consiste à transférer l’apophyse coracoïde et le tendon conjoint sur le col antérieur de la scapula. Cette intervention, initialement proposée par le chirurgien français Michel Latarjet en 1954, a été popularisée en France par Didier Patte et au niveau international, par Gilles Walch.

Le Concept de la "Butée de Latarjet"

La "butée" de l’épaule consiste à transférer l’apophyse coracoïde et le tendon conjoint sur le col antérieur de la scapula. Cette intervention, initialement proposée par le chirurgien français Michel Latarjet en 1954, a été popularisée en France par Didier Patte et au niveau international, par Gilles Walch. L’opération de Latarjet est indiquée pour traiter l'instabilité antérieure récidivante de l'épaule, particulièrement en cas de d’érosion osseuse du bord antérieur de la glène, d’hyperlaxité et d’échecs de stabilisation antérieure (échecs de Bankart arthroscopique). Cette technique donne de bons résultats avec un faible taux d'instabilité récurrente, un taux élevé de retour au sport à son niveau antérieur aux blessures et un taux élevé de satisfaction des patients. Elle présente deux avantages principaux et complémentaires : (1) elle permet une greffe osseuse élargissant la surface de la glène, rétablissant le stock osseux et le contact continu avec la tête humérale (stabilisation gléno-humérale statique), et (2) elle renforce le ligament gléno-huméral inférieur faible et distendu, en rapprochant le tendon conjoint de l'articulation et en abaissant la partie inférieure du subscapularis (stabilisation dynamique par "effet sangle"). En...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous