En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°314 - Mai 2022
Article consulté 189 fois

Le coût d'un sinistre en chirurgie de la main

Par Nicolas Chanzy dans la catégorie MEDICO-LEGAL
Chirurgien-conseil de la MACSF / [email protected]

Nous, chirurgiens orthopédistes, avons tous subi des expertises. En fin de réunion, nous sommes fort heureusement le plus souvent soulagés de voir notre prise en charge validée par l’Expert mais vient le temps de l’évaluation du dommage qui, pour ceux qui ne sont pas habitués à l’exercice de l’art médico-légal, ressemble à un marchandage de « bas étage » dans un souk !

Nous, chirurgiens orthopédistes, avons tous subi des expertises. En fin de réunion, nous sommes fort heureusement le plus souvent soulagés de voir notre prise en charge validée par l’Expert mais vient le temps de l’évaluation du dommage qui, pour ceux qui ne sont pas habitués à l’exercice de l’art médico-légal, ressemble à un marchandage de « bas étage » dans un souk !

Voici un cas clinique hélas bien banal, hélas mettant en avant la responsabilité du chirurgien.

Il s’agit d’une femme de 35 ans, propriétaire d’un salon de coiffure indépendant dans une grande ville française, qui présente un syndrome du canal carpien droit résistant à un traitement médical bien conduit. Très gênée au quotidien et dans son activité professionnelle, ce d’autant qu’elle est droitière, il est décidé de réaliser, bien légitimement, devant un échec du traitement médical maximaliste, une neurolyse sous endoscopie. Ce geste sera donc réalisé en ambulatoire selon une technique décrite comme habituelle à la lecture du compte-rendu opératoire.

Au décours de l’intervention, lors de l’appel du lendemain, la patiente dit ne plus sentir sa main.

Elle est alors reconvoquée par son chirurgien qui suspecte une lésion iatrogène du nerf médian et qui sera hélas confirmée à l’occasion d’une reprise chirurgicale...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous