En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Le Cone-Beam : Une révolution 3D dans l’imagerie des extrémités

Paru dans le numéro N°274 - Mai 2018
Article consulté 630 fois

Le Cone-Beam : Une révolution 3D dans l’imagerie des extrémités

Par François Lintz dans la catégorie IMAGERIE
Chirurgien Orthopédiste, Centre de Chirurgie de la Cheville et du Pied, Clinique de l’Union - Saint Jean, Toulouse

Lorsque Wilhelm Conrad Roentgen découvre la radiographie en 1895, il écrit dans son journal : « J’ai découvert quelque chose d’intéressant, mais je ne sais pas si mes observations sont correctes ».
Il avait raison, doublement. La radiographie en 2D a révolutionné la médecine pendant exactement 1 siècle. Ainsi, il y a 1 siècle, les chirurgiens orthopédistes anciennement aveugles, ouvrent un œil (un seul) sur le squelette in vivo, un œil émerveillé... mais astigmate.

Introduction

Lorsque Wilhelm Conrad Roentgen découvre la radiographie en 1895, il écrit dans son journal : « J’ai découvert quelque chose d’intéressant, mais je ne sais pas si mes observations sont correctes ».

Il avait raison, doublement. La radiographie en 2D a révolutionné la médecine pendant exactement 1 siècle. Ainsi, il y a 1 siècle, les chirurgiens orthopédistes anciennement aveugles, ouvrent un œil (un seul) sur le squelette in vivo, un œil émerveillé... mais astigmate. En effet, si les radiographies permettent alors une percée sans précédent dans l’exploration du squelette « in vivo »,
elles ne seront jamais que des projections sujettes à un certain nombre de biais et resteront une représentation inexacte et partielle, de la réalité.

Avec l’avènement du scanner, le squelette apparaît enfin en 3D, mais en décharge. Ainsi, c’est en combinant les 2 modalités d’imagerie que notre cerveau de chirurgien parvient à imaginer plus précisément à quoi va ressembler son site opératoire. Cette combinaison reste limitée d’une part par les capacités limitées du cerveau humain (même orthopédique) et par l’irradiation engendrée. Aujourd’hui, grâce au cone beam en charge, nous voyons, enfin, le squelette clairement et des deux yeux.

Le cone beam en charge est ainsi bien plus qu’il...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous