En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Latarjet-Bankart arthroscopique  avec un ancillaire glénoïdien et coracoïdien  et une fixation par double endo-bouton cortical : Résultats cliniques et scanner des 46 premiers cas

Paru dans le numéro N°271 - Février 2018
Article consulté 664 fois

Latarjet-Bankart arthroscopique avec un ancillaire glénoïdien et coracoïdien et une fixation par double endo-bouton cortical : Résultats cliniques et scanner des 46 premiers cas

Par Ph. Valenti, M. Cartaya, JD. Werthel dans la catégorie TECHNIQUE
Institut Parisien de l’Epaule / [email protected] / www.institutparisienepaule.com

Le Latarjet arthroscopique pour traiter une instabilité de l’épaule antérieure avec une perte osseuse de la glène antérieure a été proposé pour la première fois par Laurent Lafosse en 2007.

Introduction

Le Latarjet arthroscopique pour traiter une instabilité de l’épaule antérieure avec une perte osseuse de la glène antérieure a été proposé pour la première fois par Laurent Lafosse en 2007[11]. Cette technique, entièrement arthroscopique, combinait une capsulectomie antérieure avec une fixation par deux vis de la coracoïde en position couchée sur le rebord antérieur de la glène, à ras de l’articulation et sous l’équateur[14]. Pascal Boileau a fait un rapport en 2007 sur une réparation Bankart combinée à un transfert du coraco-biceps avec un petit segment coracoïdien fixé dans le col de la glène par une vis au-dessus du tendon du subscapularis[1]. Cette procédure n’était pas entièrement arthroscopique et était proposée pour une instabilité de l’épaule antérieure présentant une capsule lâche ou déficiente.

En 2010[3, 4], le même auteur a fait un rapport sur une réparation Bankart combinée avec un transfert de la pointe du coracoïdien vers le col de la glène à travers le sous-scapulaire fixé en position verticale par une vis (Bankart-Bristow Latarjet). Ces deux procédures ont fourni un excellent résultat fonctionnel avec un taux très faible de luxation récidivante (1 à 3%) mais avec 5 à 10% de révision chirurgicale causée par les vis[7]. Il y a plusieurs...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous