En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La voie Delto-Pectorale : voie royale des  prothèses d’épaule inversées en 2018 ? Plaidoyer pour le respect du deltoïde

Paru dans le numéro N°289 - Décembre 2019
Article consulté 306 fois

La voie Delto-Pectorale : voie royale des prothèses d’épaule inversées en 2018 ? Plaidoyer pour le respect du deltoïde

Par Pierre-Henri Flurin dans la catégorie TECHNIQUE
Clinique du Sport Bordeaux-Mérignac // mail : [email protected]

Pour la mise en place des prothèses d’épaule inversée, depuis les premières poses effectuées par Paul Grammont, la voie supéro-latérale, voire transacromiale, a longtemps été considérée comme la voie de référence jugée plus facile pour l’exposition de la glène.

Introduction

Pour la mise en place des prothèses d’épaule inversée, depuis les premières poses effectuées par Paul Grammont, la voie supéro-latérale, voire transacromiale, a longtemps été considérée comme la voie de référence jugée plus facile pour l’exposition de la glène.

En parallèle de ce courant traditionnaliste, les chirurgiens plus axés sur la biomécanique de l’épaule ont progressivement privilégié l’abord delto-pectoral avec comme principal argument le respect du deltoïde, dont le rôle est particulièrement important dans la récupération des mobilités actives après prothèse inversée.

En 2018, la voie delto-pectorale est majoritairement utilisée pour la mise en place des prothèses inversées [1-10].

Cette voie delto-pectorale de prothèse inversée a considérablement progressé pour s’adapter à cette chirurgie spécifique au travers d’un certain nombre de points techniques qui permettent d’obtenir un abord beaucoup plus complet et beaucoup plus confortable sur la glène, sans aucun sacrifice au niveau du deltoïde. La section du sous-scapulaire, nécessaire à cette voie delto-pectorale, a été accusée par les défenseurs de la voie latérale, de provoquer une plus grande instabilité de la prothèse. Les études actuelles ne confirment pas cette hypothèse [11-13], et certains...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous