En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La vie et l’oeuvre d’Ambroise Paré 2ème partie : Le temps des batailles

Paru dans le numéro N°319 - Décembre 2022
Article consulté 84 fois

La vie et l’oeuvre d’Ambroise Paré 2ème partie : Le temps des batailles

Par Michel-Marc Gentilhomme dans la catégorie HISTOIRE

1537, la bataille du Pas de Suse
A partir de 1536/1537, on peut considérer qu’Ambroise Paré se consacre entièrement à la chirurgie de guerre, ou il acquiert une grande expérience.
Attaché au service du baron René de Montjean, lieutenant-général d'infanterie, qui sera nommé gouverneur du Piémont en novembre 1537 puis maréchal de France en février 1538 mais meurt à Turin en septembre 1539 ; c’est tout naturellement qu’il se joint aux troupes que François 1er a envoyées au Piémont, commandées par son nouveau maître.

1537, la bataille du Pas de Suse

A partir de 1536/1537, on peut considérer qu’Ambroise Paré se consacre entièrement à la chirurgie de guerre, ou il acquiert une grande expérience.

Attaché au service du baron René de Montjean, lieutenant-général d'infanterie, qui sera nommé gouverneur du Piémont en novembre 1537 puis maréchal de France en février 1538 mais meurt à Turin en septembre 1539 (Figure 1) ; c’est tout naturellement qu’il se joint aux troupes que François 1er a envoyées au Piémont, commandées par son nouveau maître. François 1er, qui a des vues sur le Piémont et le Duché de Savoie, déclenche les hostilités en lançant ses troupes à l’assaut des Alpes.

Figure 1 : René, baron de Montjean et de Combourg, seigneur de Beaupréau, école de Jean Clouet, vers 1538.

 

Charles Quint, qui n’entend pas se faire déposséder ainsi organise, une contre-attaque en Provence, défendue par Anne de Montmorency qui applique la technique de la terre brulée.

Finalement, la paix sera imposée par le Pape.

Le voyage est pénible, Ambroise est loin d’avoir le « cul tanné » des lanciers de Montjean pour assurer la distance et le rythme de la chevauchée. Il doit se faire violence pour ne pas se laisser distancer par la troupe. Le baptême du feu ne tarde pas.

Avant de rallier Turin il fallait...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous