En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La prothèse unicompartimentale interne : Indications et limites

Paru dans le numéro N°296 - Août / Septembre 2020
Article consulté 225 fois

La prothèse unicompartimentale interne : Indications et limites

Par Caroline DEBETTE dans la catégorie PÉDAGOGIE
Clinique Protestante, Lyon

La prothèse unicompartimentale interne occupe aujourd’hui une place de choix dans le traitement chirurgical de l’arthrose unicompartimentale interne, entre la prothèse totale et les ostéotomies.
Après les échecs des premières poses, il aura fallu l’acharnement de chirurgiens confiants en l’UNI, l’amélioration des techniques et de la tribologie, et l’affinement des indications et contre-indications pour faire remonter le taux de succès de l’UNI, quasiment jusqu’à celui de la prothèse totale.

 

La prothèse unicompartimentale interne occupe aujourd’hui une place de choix dans le traitement chirurgical de l’arthrose unicompartimentale interne, entre la prothèse totale et les ostéotomies.

Après les échecs des premières poses, il aura fallu l’acharnement de chirurgiens confiants en l’UNI, l’amélioration des techniques et de la tribologie, et l’affinement des indications et contre-indications pour faire remonter le taux de succès de l’UNI, quasiment jusqu’à celui de la prothèse totale.

Mais depuis la publication des indications et limites de l’UNI interne par Kozinn en 1989 (1), celles-ci s’entrecroisent dans un flou théorique qui n’est pas figé dans le temps et qui effraie, au vu des échecs passés.

Qu’en est-il aujourd’hui ? Existe-t-il un patient idéal ? Jusqu’où pousser les limites ?

La bonne indication est l’arthrose fémoro tibiale interne ET l’absence de contre-indication. La contre-indication est ce qui conduira à l’échec. Il faut donc s’intéresser aux causes d’échec, afin de définir les limites, et de là les indications. Les échecs de l’UNI interne dans la littérature ont été très largement décrits. En dehors des erreurs techniques évitables, les principales causes d’échec proviennent d’erreurs de sélection des patients. Dans ces deux énoncés, se profile la...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous