En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La patella dans la prothèse totale de genou :

Paru dans le numéro N° 316 - Août / Septembre 2022
Article consulté 165 fois

La patella dans la prothèse totale de genou : "To be resurfaced or not to be?"

Par Etienne Deroche1, Alban Pinaroli2, Guillaume Demey3, Sébastien Lustig4, 5 dans la catégorie ENQUETE
1- Orthopaedic Surgery and Sports Medicine Department, FIFA Medical Center of Excellence, Croix-Rousse Hospital, Lyon University Hospital, Lyon, France 2- Médipôle de Savoie, Avenue des Massettes, 73190 Challes-Les-Eaux 3- Lyon School of Knee Surgery, Lyon Ortho Clinic, Clinique de la Sauvegarde (Lyon 9) 4- Département de chirurgie orthopédique et de médecine du sport, Centre médical d'excellence de la FIFA, Hôpital de la Croix-Rousse, CHU de Lyon, Lyon, France 5- Université de Lyon, Université Claude Bernard Lyon 1, IFSTTAR, LBMC UMR-T9406, F69622, Lyon, France

Trois attitudes coexistent concernant le resurfaçage patellaire : le resurfaçage systématique, le non-resurfaçage systématique et le resurfaçage non systématique, appelé aussi resurfaçage "à la carte". Les stratégies varient beaucoup selon les pays (un taux de resurfaçage de 72% était rapporté au Danemark, contre 2% en Norvège, alors qu’on estime que ce taux est supérieur à 90% aux États-Unis).

Introduction

Trois attitudes coexistent concernant le resurfaçage patellaire : le resurfaçage systématique, le non-resurfaçage systématique et le resurfaçage non systématique, appelé aussi resurfaçage "à la carte". Les stratégies varient beaucoup selon les pays (un taux de resurfaçage de 72% était rapporté au Danemark, contre 2% en Norvège, alors qu’on estime que ce taux est supérieur à 90% aux États-Unis) (1,2). Elles varient aussi en France selon les Écoles chirurgicales, mais de nombreux facteurs jouent un rôle dans la décision de resurfacer ou non la patella. Aucun consensus n'est à ce jour établi sur le resurfaçage car l’évolution de l’arthrose dans le compartiment fémoro-patellaire est multifactorielle et imprévisible, mais aussi parce que lorsqu'elle survient elle n'est pas toujours symptomatique ou bien elle n'est pas identifiée comme la cause exclusive des douleurs résiduelles (3).

Le resurfaçage systématique s’appuie sur les nombreux travaux scientifiques, y compris des essais randomisés contrôlés et des méta-analyses de bon niveau qui ont montré une réduction des douleurs antérieures (2,4-7) et une réduction du taux de reprises chirurgicales notamment pour resurfaçage secondaire (8-11). Cependant les résultats fonctionnels et sur la satisfaction globale ne sont pas...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous