En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La gestion du flexum au cours des prothèses totales de genou (PTG)

Paru dans le numéro N°293 - Avril 2020
Article consulté 351 fois

La gestion du flexum au cours des prothèses totales de genou (PTG)

Par Denis Huten(1), Franck Rémy(2) dans la catégorie TECHNIQUE
(1) - CHU Rennes, 2 rue Henri Le Guilloux 35033 Rennes Cedex 9 - (2) Clinique de Saint-Omer, 71 Rue Ambroise Paré, 62575 Blendecques [email protected]

Le flexum n’est pas comme le varus ou le valgus une déformation articulaire. Il s’agit d’une raideur du genou qui peut être isolée ou associée à une limitation de la flexion.

 

Le flexum n’est pas comme le varus ou le valgus une déformation articulaire. Il s’agit d’une raideur du genou qui peut être isolée ou associée à une limitation de la flexion.

Lors de l’attaque du pas sur le talon, le genou doit être en extension complète. Il se fléchit ensuite au cours du reste de la phase d’appui et de la phase oscillante du pas. En cas de flexum, le patient doit contracter son quadriceps pour éviter que le genou ne « lâche » lors de la phase d’appui, ce qui oblige à un travail accru du quadriceps facteur de douleurs antérieures de cuisse. Dans un ancien travail de Perry et al [1], le travail du quadriceps était augmenté de 50% à partir de 30° de flexum. Le flexum créée un accourcissement fonctionnel du membre inférieur, facteur de boiterie et de douleurs lombaires, voire de la hanche et de la cheville. Certains patients pallient cette apparente différence de longueur en fléchissant le genou controlatéral, qui peut lui aussi s’enraidir en flexion au fil du temps.

Le flexum du genou est en soi vraiment gênant à partir de 10-15°.

Il peut pré-exister à l’intervention, nécessitant qu’il soit pris en charge lors de l’intervention et qu’en post-opératoire on prenne garde à ce qu’il ne récidive. C’est le cas le plus fréquent. Plus rarement, l’extension pré-...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous