En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La cryothérapie après prothèse de genou : « Le frisson qui apaise »

Paru dans le numéro N°308 - Novembre 2021
Article consulté 75 fois

La cryothérapie après prothèse de genou : « Le frisson qui apaise »

Par Franck Wein dans la catégorie ACTUALITÉ
ARTIC'S, Pôle Santé Kléber - 42, rue du 8 Mai 1945 - 54270 Essey-Lès-Nancy, France / [email protected]

L’histoire de la cryothérapie remonte à l’Antiquité voire, selon certains auteurs au temps des pharaons ; Hippocrate, 4 siècles avant notre ère, utilisait cette technique pour soulager les douleurs, notamment articulaires, à l’aide d’eau glacée. Il écrivait ainsi « Des affections sont soulagées par le froid : les gonflements dans les articulations, la goute sans ulcération, la plupart des ruptures qui sont amendées par d’abondantes affusions d’eau froide qui diminuent la tuméfaction et engourdissent la douleur »

Historique

L’histoire de la cryothérapie remonte à l’Antiquité voire, selon certains auteurs au temps des pharaons ; Hippocrate, 4 siècles avant notre ère, utilisait cette technique pour soulager les douleurs, notamment articulaires, à l’aide d’eau glacée. Il écrivait ainsi « Des affections sont soulagées par le froid : les gonflements dans les articulations, la goute sans ulcération, la plupart des ruptures qui sont amendées par d’abondantes affusions d’eau froide qui diminuent la tuméfaction et engourdissent la douleur » (1a).

Le terme Cryothérapie, littéralement “thérapie par le froid” est cependant nommé, en tant que tel, en 1908 par Allen William Pusey pour décrire les traitements de lésions cutanées à l’aide de températures négatives.

C’est finalement dans les années 1950 que l’application de froid par vessie de glace ou spray cryogène s’est démocratisée pour soulager les douleurs ostéoarticulaires. Au départ, cantonnée à la gestion des douleurs traumatiques, en particulier chez le sportif, elle s’est progressivement imposée comme un moyen antalgique postopératoire, notamment en chirurgie du genou.

 

Physiologie

Les effets cliniques théoriques du froid, appliqué superficiellement, s’expliquent par différents mécanismes. Pour maintenir une température corporelle...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous