En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
La chirurgie assistée par ordinateur au service de l’alignement et de l’équilibrage personnalisé dans les prothèses totales du genou

Paru dans le numéro N°285 - Juin / Juillet 2019
Article consulté 498 fois

La chirurgie assistée par ordinateur au service de l’alignement et de l’équilibrage personnalisé dans les prothèses totales du genou

Par Simon MARMOR, Thomas AUBERT dans la catégorie TECHNIQUE
Groupe Hospitalier Diaconesses Croix Saint Simon 125 rue Avron, 75020 Paris

Le succès d’une arthroplastie du genou repose sur une alchimie complexe faisant intervenir de nombreux paramètres, qu’ils soient liés au patient, à la prothèse ou à sa technique d’implantation. Tous ces paramètres ne sont pas encore parfaitement maîtrisés et expliquent sans doute des résultats perfectibles pour de nombreux patients.

Introduction

Le succès d’une arthroplastie du genou repose sur une alchimie complexe faisant intervenir de nombreux paramètres, qu’ils soient liés au patient, à la prothèse ou à sa technique d’implantation. Tous ces paramètres ne sont pas encore parfaitement maîtrisés 1,2 et expliquent sans doute des résultats perfectibles pour de nombreux patients.

Historiquement, l’obtention d’un genou normoaxé (angle mécanique fémoro-tibial (HKA) compris entre 177° et 183°) était le gage d’un bon résultat fonctionnel et surtout d’une survie améliorée. Cet objectif a techniquement imposé la réalisation de coupes tibiale et fémorale distale orthogonales à l’axe mécanique et la réalisation de libérations ligamentaires (releases) pour conserver une stabilité satisfaisante afin de compenser les déformations imposées à l’anatomie native du genou.

Depuis quelques années, le dogme de l’axe neutre est de plus en plus discuté car l’analyse à long terme des survies des implants comme des résultats fonctionnels, est apparue finalement identique entre les patients normoaxés et les patients désaxés (outliers > 3°) 3,4. En parallèle, de nombreuses stratégies d’alignement se sont développées (mécaniques, anatomiques, cinématiques) 5 certaines conservant un axe fémoro-tibial en dehors de l’axe neutre.

La...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous