En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Intelligence artificielle, Big data et Médecine personnalisée

Paru dans le numéro N°288 - Novembre 2019 - Cahier 2
Article consulté 24 fois

Intelligence artificielle, Big data et Médecine personnalisée

Par Thomas GREGORY (1,2,3,4), Lorenzo MERLINI (1,2), Clément PRENAUD (1), Emmanuelle LOUIS (1), Selim ESKIIZMIRLILER (3), Jérôme PIERRART (1,3) dans la catégorie TECHNOLOGIE
(1). Hôpital Avicenne, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris – Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, Bobigny, France - (2). Institut MOVEO, La Maison des Sciences Numériques, Université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, France - (3). Equipe Team Vision, Centre de recherche Integrative Neuroscience and Cognition Center (INCC), UMR CNRS 8002, UFR Biomédicale des Saints Pères, Université Paris Descartes - (4). Visiting Research Associate; Department of Mechanical Engineering and of Musculoskeletal Surgery, Imperial College, South Kensington Campus, Exhibition Road, London SW7 2AZ, Royaume-Uni

A l’heure où l’intelligence artificielle émerge dans le milieu médical, après avoir fait ses preuves dans bien d’autres champs, il faut souligner l’existence de plusieurs facettes de son application à la santé. L’intelligence artificielle, pouvant revêtir plusieurs formes, pourra intéresser tous les acteurs du domaine médical, et particulièrement en chirurgie orthopédique ...

Introduction

A l’heure où l’intelligence artificielle émerge dans le milieu médical, après avoir fait ses preuves dans bien d’autres champs, il faut souligner l’existence de plusieurs facettes de son application à la santé. L’intelligence artificielle, pouvant revêtir plusieurs formes, pourra intéresser tous les acteurs du domaine médical, et particulièrement en chirurgie orthopédique : praticiens, patients, personnel infirmier, laboratoires et concepteurs d’implants, kinésithérapeutes, orthésistes. L’idée est d’aboutir, à terme, à un chirurgien « augmenté », qui soigne un patient « augmenté » et « connecté », en utilisant des données propres à chaque patient, dans le but de proposer une médecine personnalisée. Le recueil de ces données sera possible par le biais de l’informatisation des examens cliniques, mais également par l’utilisation potentielle des données de la vie courante disponibles via des objets connectés dont l’utilisation et la popularisation sont en pleine explosion.

La finalité serait d’adapter les soins de manière globale à chaque patient, en fonction de ses besoins fonctionnels, de ses possibilités physiques, des contraintes mécaniques auxquelles il est soumis, des éventuels mouvements répétitifs qu’il réalise, etc. La personnalisation de ces soins pourra...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous