En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Instabilité chronique de la cheville et arthrose

Paru dans le numéro N°44 - Mai 1995
Article consulté 4191 fois

Instabilité chronique de la cheville et arthrose

Par D. Saragaglia, Y. Tourne, F. Picard dans la catégorie PÉDAGOGIE
Service de Chirurgie Orthopédique et de Traumatologie du Sport C.H.U. de Grenoble - Hôpital Sud

Les publications concernant le traitement des entorses de la cheville sont extrêmement fréquentes. Certaines prônent le traitement fonctionnel, d'autres le traitement orthopédique par immobilisation plâtrée, d'autres enfin le traitement chirurgical des entorses graves. Il en est tout autre de l'évolution naturelle de ces entorses. Qu'il s'agisse de l'évolution du traitement non opératoire ou qu'il s'agisse des résultats à long terme du traitement chirurgical, la littérature à ce sujet est très pauvre et sauf omission de notre part nous n'avons retrouvé qu'une seule publication datant de 1979 intitulée "Degenerative arthritis of the ankle secondary to long standing lateral ligament instability".

Caractéristiques de cette arthrose

Radiologiquement, il s'agit d'une arthrose "excentrée" avec bascule en varus de l'astragale dans la mortaise tibio-péronière, pincement tibio-astragalien médial, baillement tibio-astragalien latéral, conflit astragalo-malléolaire interne et ostéophytose marginale antérieure majeure (fig. 1).

Fréquence

Il est difficile d'apprécier exactement la fréquence de ce type d'arthrose. Les entorses de la cheville sont extrêmement fréquentes et nous avons dénombré dans notre Service en 1993, 787 entorses de la cheville dont 131 entorses graves correspondant aux critères suivants (clichés en stress) : bâillement en varus supérieur à 12° et bâillement postérieur supérieur à 8 mm. Par ailleurs, au cours de ces 10 dernières années, nous avons opéré une centaine de laxités chroniques de la cheville. Si l'on rapporte nos 10 arthroses excentrées observées en 10 ans à ces chiffres, nous pouvons entrevoir que la fréquence est probablement très faible. Pourquoi certaines entorses évoluent-elles vers l'arthrose et pas les autres ? L'activité sportive est certainement un facteur favorisant mais il est probable que certains travailleurs manuels qui marchent beaucoup en terrains accidentés sont également exposés. Quelques...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous