En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Innovations dans la reconstruction de l’articulation acromioclaviculaire  au moyen d’implants à profil bas

Paru dans le numéro N°291 - Février 2020
Article consulté 237 fois

Innovations dans la reconstruction de l’articulation acromioclaviculaire au moyen d’implants à profil bas

Par Marvin Minkus (1), Nina Maziak (1), Philipp Moroder (1), Markus Scheibel (1,2) dans la catégorie TECHNIQUE
(1). Charité-Universitaetsmedizin Berlin, Allemagne - (2). Schulthess Clinic, Zurich, Suisse / [email protected]

Les luxations de l’articulation acromioclaviculaire (AC) sont fréquentes. Si une intervention chirurgicale est indiquée, plusieurs techniques sont disponibles afin de traiter la luxation AC. Les techniques arthroscopiques ont notamment bénéficié d’importantes améliorations et de nouveaux développements au cours des dix dernières années.

Introduction

Les luxations de l’articulation acromioclaviculaire (AC) sont fréquentes (1-3). Si une intervention chirurgicale est indiquée, plusieurs techniques sont disponibles afin de traiter la luxation AC. Les techniques arthroscopiques ont notamment bénéficié d’importantes améliorations et de nouveaux développements au cours des dix dernières années (4-6). Les implants de type poulie tels que les dispositifs TightRope (Arthrex Inc., Naples, Floride) sont très populaires dans les procédures de reconstruction mini-invasives de l’articulation AC (7-9). Toutefois, une perte de réduction, notamment dans le plan horizontal avec une translation postérieure dynamique (TPD) ont été observées chez 43 % des patients et semblaient être associées à des résultats cliniques inférieurs (6). Les études biomécaniques ont suggéré qu’un cerclage acromioclaviculaire additionnel pourrait reconstruire et stabiliser l’articulation AC dans le plan horizontal (10,11). Les données cliniques actuelles suggèrent, que l’association des techniques de stabilisation coracoclaviculaire et acromioclaviculaire peuvent réduire la TPD et fournir des résultats cliniques satisfaisants (7). Plusieurs patients se sont toutefois plaints d’un phénomène d’irritation au niveau de l’implant lié à la formation d’un...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous