En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Infection et PTG : aspects médico-légaux, sécuriser un dossier et règles de bonnes pratiques

Paru dans le numéro N°277 - Octobre 2018
Article consulté 97 fois

Infection et PTG : aspects médico-légaux, sécuriser un dossier et règles de bonnes pratiques

Par Florent WEPPE 1, Marine DUTERTRE 2 dans la catégorie COMPLICATIONS
1. Lyon Ortho Clinic, 29B avenue des Sources, 69009 Lyon - 2. Clinique de la Sauvegarde, 480 avenue Ben Gourion, 69009 Lyon

La chirurgie orthopédique et en particulier prothétique du genou est une chirurgie fonctionnelle. L’objectif est donc d’améliorer la condition du patient et, de fait, sa satisfaction. La survenue d’une complication est toujours vécue de manière douloureuse par le patient mais aussi par le chirurgien même si les deux parties ont bien conscience du risque dès la première consultation.

 

La chirurgie orthopédique et en particulier prothétique du genou est une chirurgie fonctionnelle. L’objectif est donc d’améliorer la condition du patient et, de fait, sa satisfaction. La survenue d’une complication est toujours vécue de manière douloureuse par le patient mais aussi par le chirurgien même si les deux parties ont bien conscience du risque dès la première consultation. La complication infectieuse est une complication redoutée en matière prothétique avec 2000 à 2500 cas par an et un taux de près de 0,34% (1) à 0,6% (2) pour les prothèses de genou en France et allant de 1 à 2 % pour les Anglo-saxons (3) (4). C’est la première complication rencontrée dans les différentes procédures médico-légales notamment en raison de ses conséquences économiques (5). Ces procédures sont fréquentes en chirurgie orthopédique (1 mise en cause tous les 18 mois) même si l’on observe une tendance à la stabilisation depuis 2012 (6). La proportion importante des infections dans les mises en cause est multifactorielle associant une médiatisation importante des infections dites « nosocomiales », l’importance des conséquences sur les traitements et sur le résultat fonctionnel final ainsi que la loi du 4 mars 2002 dite « Kouchner » et ses modifications en matière de responsabilité et...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous