En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Importance de l'analyse de l'équilibre sagittal en pathologie rachidienne - Rôle de la balance spino-pelvienne dans les maladies dégénératives du rachis

Paru dans le numéro N°184 - Mai 2009
Article consulté 10084 fois

Importance de l'analyse de l'équilibre sagittal en pathologie rachidienne - Rôle de la balance spino-pelvienne dans les maladies dégénératives du rachis

Par 1- J.-C. le Huec, 2- P. Roussouly dans la catégorie MISE AU POINT
1-Université de Bordeaux - Bordeaux France, 2- Clinique des Massues - Lyon France

La phylogénèse est très instructive pour mieux comprendre la position érigée humaine.
Contrairement à d’autres vertébrés, le rachis humain comprend des courbures successives qui s’opposent permettant au tronc d’assumer la position érigée. Ceci est assez remarquable puisque l’être humain peut maintenir cette position debout sans fléchir les genoux contrairement au chimpanzé par exemple. La lordose de la région lombaire chez l’homme n’est retrouvée dans aucune autre espèce.

Introduction

La phylogénèse est très instructive pour mieux comprendre la position érigée humaine.

Contrairement à d’autres vertébrés, le rachis humain comprend des courbures successives qui s’opposent permettant au tronc d’assumer la position érigée. Ceci est assez remarquable puisque l’être humain peut maintenir cette position debout sans fléchir les genoux contrairement au chimpanzé par exemple (figure 1). La lordose de la région lombaire chez l’homme n’est retrouvée dans aucune autre espèce. Par opposition à l’homme, la colonne vertébrale des primates est globalement cyphotique ce qui est incompatible avec la position érigée. Ceci explique pourquoi la position bipodale et la marche chez les primates sont très limitées nécessitant le plus souvent l’utilisation des longs bras antérieurs comme balanciers.

Figure 1 : Les primates n’ont pas de lordose lombaire et utilisent leur bras comme balancier.

 

Pour analyser cette situation spécifique qui caractérise l’être humain, nous devons définir des paramètres qui vont déterminer les facteurs importants pour le maintien de cet équilibre.

Grace aux paramètres pelviens décrient par Mme Duval-Beaupere, il est possible de définir la géométrie pelvienne et sa relation avec...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous