En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Il est indispensable de connaître  les transferts tendineux à l’épaule : voici huit idées fausses débattues  susceptibles de vous y amener

Paru dans le numéro N°313 - Avril 2022
Article consulté 448 fois

Il est indispensable de connaître les transferts tendineux à l’épaule : voici huit idées fausses débattues susceptibles de vous y amener

Par Jean Kany dans la catégorie TECHNIQUE
Clinique de l'Union - Bd Ratalens, 31240 Saint-Jean

Le traitement des lésions non réparables de la coiffe des rotateurs reste à ce jour l’un des domaines les plus controversés de la chirurgie de l’épaule. Après échec des traitements conservateurs (rééducation, infiltrations et autres), diverses options ont été décrites : ténotomie du biceps, réparation partielle, margin convergence, spacer sous-acromial, reconstruction capsulaire supérieure, transferts tendineux et prothèse inversée.

Introduction

Le traitement des lésions non réparables de la coiffe des rotateurs reste à ce jour l’un des domaines les plus controversés de la chirurgie de l’épaule. Après échec des traitements conservateurs (rééducation, infiltrations et autres), diverses options ont été décrites : ténotomie du biceps, réparation partielle, margin convergence, spacer sous-acromial, reconstruction capsulaire supérieure, transferts tendineux et prothèse inversée.

Face à toutes ces options, il est difficile de se faire une idée claire sur ces différents traitements et d’aboutir à un algorithme thérapeutique logique et reproductible.

A force de parcourir le monde, de communiquer dans les congrès, de lire et de publier des articles, il nous est apparu surprenant que, à l’instar de la butée sous arthroscopie, les transferts tendineux (mini open ou sous arthroscopie) ne sont pas (ou très peu) proposés aux patients en France – contrairement aux autres pays, alors même qu’il s’agit de techniques imaginées et essentiellement développées en France et en Suisse depuis le début des années 80.

Nous pensons que ce désintérêt repose principalement sur de fausses idées véhiculées sans analyse approfondie de la littérature, et basées sur le manque de formation des nouvelles générations de chirurgiens qui...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous