En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Hydroxyapatite et Prothèses de Hanche : Quel bilan à 34 ans d’expérience clinique ?

Paru dans le numéro N°306 - Août / Septembre 2021
Article consulté 230 fois

Hydroxyapatite et Prothèses de Hanche : Quel bilan à 34 ans d’expérience clinique ?

Par Jean-Alain Epinette dans la catégorie SYNTHESE
Clinique Medico Chirurgicale 200 Rue D’Auvergne, 62700 Bruay-la-buissiere / [email protected]

Autrefois définie comme « la troisième voie » entre prothèses cimentées et surfaces simplement rugueuses, l’hydroxyapatite a pu acquérir au fil de ces trois décennies d’expérience clinique une réelle primauté au sein des moyens de fixation dits « biologiques », désormais concurrencée par les nouvelles surfaces rugueuses, voire « ultra-rugueuses », grâce au développement particulièrement prometteur des possibilités de fabrication par les procédés « additifs » de l’impression 3D…

Introduction

Autrefois définie comme « la troisième voie » entre prothèses cimentées et surfaces simplement rugueuses, l’hydroxyapatite a pu acquérir au fil de ces trois décennies d’expérience clinique une réelle primauté au sein des moyens de fixation dits « biologiques », désormais concurrencée par les nouvelles surfaces rugueuses, voire « ultra-rugueuses », grâce au développement particulièrement prometteur des possibilités de fabrication par les procédés « additifs » de l’impression 3D…

Au cap de la trentième année d’expérience clinique pour ces revêtements hydroxyapatite (HA) de prothèses de hanche, il nous a semblé opportun de dresser un vaste bilan de ce mode de fixation à partir des données expérimentales, histologiques et paracliniques rapportées tout au long de ce qui peut être considéré comme une  longue histoire déjà longue, en abordant les classiques débats et controverses qui n’ont pas manqué d’émailler nos congrès et rencontres scientifiques ici et là… La question fondamentale de la pérennité des résultats cliniques est abordée avec une série de 273 prothèses en chirurgie primaire, à un recul clinique de 20 à 34 ans, chez le sujet jeune et actif de 50 ans ou moins. Un ultime chapitre abordera le futur de ces revêtements bioactifs sous la forme des nouveaux...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous