En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°268 - Novembre 2017 - Cahier 1
Article consulté 651 fois

Esquisse Pour un portrait de chirurgien moderne

Par Discours prononcé le mercredi 26 janvier 1938 Par M. Georges Duhamel dans la catégorie HISTOIRE
De l’Académie Française et de l’Académie de Médecine Devant les membres de l’Académie de Chirurgie

Messieurs,
Quand il m’arrive d’ébaucher, en rêve, une apologie pour le chirurgien du XXe siècle, je m’arrête avec une ardente curiosité, dans l’espoir de les définir, sur les caractères qui donnent à votre profession et sa grandeur et son lustre original.

 

Discours prononcé le mercredi 26 janvier 1938
Par
M. Georges Duhamel

De l’Académie Française et de l’Académie de Médecine
Devant les membres de l’Académie de Chirurgie
In Mémoires de L’Académie de Chirurgie
Tome 64 N° 3
Séance du 26 Janvier 1938

--------------------------------------------

Messieurs,
Quand il m’arrive d’ébaucher, en rêve, une apologie pour le chirurgien du XXe siècle, je m’arrête avec une ardente curiosité, dans l’espoir de les définir, sur les caractères qui donnent à votre profession et sa grandeur et son lustre original.

Ces caractères sont nombreux. Sans doute, les connaissez-vous mieux que je ne les connais moi-même : cent fois et plus, vous avez eu la chance de les considérer soit pendant l’œuvre, soit pendant le loisir. J’aimerais toutefois, avec votre assentiment cordial, et puisque vous avez bien voulu me prier à ce concile, de vous communiquer certaines réflexions que votre labeur inspire au plus affectueux des témoins.

Je m’attacherai, ce soir, à trois caractères que je tiens essentiels et je vais les énoncer tout de suite, dans l’ordre où j’entends les décrire, pour vous montrer dès le seuil que j’ai tiré profit de vos leçons et que j’applique toujours les bonnes, les sages méthodes que vous m’avez enseignées jadis.

L’acte chirurgical est grand parce...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous