En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Congrès panafricain de la main – Tunis octobre 2019 : La chirurgie de la main sous anesthésie locale sans garrot

Paru dans le numéro N°290 - Janvier 2020
Article consulté 350 fois

Congrès panafricain de la main – Tunis octobre 2019 : La chirurgie de la main sous anesthésie locale sans garrot

Par Thomas APARD dans la catégorie CONGRÈS
Chirurgie de la main, Versailles / [email protected]–chirurgie–versailles.fr

Le 2e congrès panafricain de chirurgie de la main s’est tenu du 17 au 19 octobre 2019 à Tunis. Il était organisé par la Société Tunisienne de Chirurgie de la Main, la Société Africaine de Chirurgie de la main et la Société Panarabe des Sociétés de chirurgie de la main.

Le 2e congrès panafricain de chirurgie de la main s’est tenu du 17 au 19 octobre 2019 à Tunis. Il était organisé par la Société Tunisienne de Chirurgie de la Main, la Société Africaine de Chirurgie de la main et la Société Panarabe des Sociétés de chirurgie de la main.

La Tunisie vient de vivre ses premières élections démocratiques et il est beaucoup questions dans les conversations du mélange d’espoir et de méfiance vis à vis de la nouvelle équipe en place

Organiser un congrès panafricain est difficile. Peu de moyens financiers et humains du côté organisateurs (très peu de laboratoires partenaires, peu de participants, société encore très jeune) et de grandes difficultés logistiques et financières du côté des participants. Il est extrêmement cher par exemple, d’aller d’Abidjan à Tunis.

L’organisation sur place a été parfaite. Ce congrès a réuni une centaine de participants à l’Hôtel Laico pour écouter les communications et les différentes conférences. Etaient représentés : la Tunisie, le Maroc, le Sénégal, le Congo, la Côte d’Ivoire, Oman, le Cameroun... On a regretté l’absence des algériens et africains du Sud contrairement au premier congrès en 2017. Le niveau global des communications était très bon sur les pathologies de leur quotidien en Afrique : paralysie du plexus...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous