En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°304 - Mai 2021
Article consulté 589 fois

Concepts actuels de la chirurgie «fast track» dans l’arthroplastie totale du genou

Par Bart Stuyts (1,2), M. Dendale (1), Sigrid Fauconnier (1), M. Ouwendijk (1), A. Voordeckers (1) dans la catégorie MISE AU POINT
(1) Hôpital Sint Augustinus, Oosterveldlaan 24, 2610 Wilrijk, Belgique - (2) Hôpital Sint-Jozef, Oude Liersebaan 4 2390 Malle, Belgique / [email protected]

La chirurgie «Fast-Track» (ou récupération améliorée après chirurgie [ERAS]) pour l’arthroplastie totale du genou (PTG) est apparue au cours des 20 dernières années. La chirurgie «Fast-Track» du genou et la promotion d’une mobilisation rapide ont été facilitées par des approches telles que la chirurgie mini-invasive (MIS), l’adaptation des implants et de l’instrumentation, et les innovations anesthésiologiques.

Introduction

La chirurgie «Fast-Track» (ou récupération améliorée après chirurgie [ERAS]) pour l’arthroplastie totale du genou (PTG) est apparue au cours des 20 dernières années [1]. La chirurgie «Fast-Track» du genou et la promotion d’une mobilisation rapide ont été facilitées par des approches telles que la chirurgie mini-invasive (MIS), l’adaptation des implants et de l’instrumentation, et les innovations anesthésiologiques. Il y a plusieurs décennies, les concepts de fast-track ont été développés pour la chirurgie générale et abdominale, et ils ont été adaptés à l’arthroplastie du genou et de la hanche ces dernières années [1,2]. La récupération accélérée n’est pas considérée comme une mesure unique, mais plutôt comme une variété d’approches périopératoires organisationnelles et interdisciplinaires axées sur une mobilisation et une convalescence rapides [3]. Les études de Husted et Kehlet ont fourni des preuves démontrant les avantages des concepts de traitement accéléré [1,4,5]. Il est prouvé que l’optimisation des conditions du patient avant, pendant et après l’opération peut réduire la mortalité, la durée de séjour après une arthroplastie totale du genou (ATG) et la durée de convalescence, et augmenter la satisfaction du patient sans compromettre la sécurité [6]. Cet...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous