En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Conception de la trochlée prothétique dans l'arthroplastie totale et  partielle du genou :  comparaison avec l'anatomie native et impact sur les résultats cliniques

Paru dans le numéro N°317 - Octobre 2022
Article consulté 137 fois

Conception de la trochlée prothétique dans l'arthroplastie totale et partielle du genou : comparaison avec l'anatomie native et impact sur les résultats cliniques

Par Mo Saffarini, Floris van Rooij, Jacobus Hendrik Müller dans la catégorie BIOMÉCANIQUE
ReSurg SA, 22 Rue Saint Jean, 1260 Nyon, Suisse

La restauration ou la correction de l'alignement rotulien est d'une importance capitale pour le succès des arthroplasties totales et partielles du genou, car une congruence ou un alignement rotulien inadéquat peut entraîner des douleurs antérieures du genou, un déficit d'extension, ainsi qu'une instabilité ou une luxation rotulienne.

Introduction

La restauration ou la correction de l'alignement rotulien est d'une importance capitale pour le succès des arthroplasties totales et partielles du genou, car une congruence ou un alignement rotulien inadéquat peut entraîner des douleurs antérieures du genou, un déficit d'extension, ainsi qu'une instabilité ou une luxation rotulienne. [15,22].

Les compartiments trochléaires des implants initiaux d'arthroplastie totale du genou (ATG) et d'arthroplastie fémoro-patellaire (AFP) ont été conçus principalement pour remplacer le cartilage articulaire et rétablir l'alignement correct du mécanisme extenseur, mais la plupart des modèles ne tenaient pas compte de l'ajustement os-implant au niveau des surfaces réséquées [4-8] et la congruence fémoro-patellaire, en particulier en flexion précoce. [14,26,27]. Les incidences et les conséquences de l'inadéquation os-implant et de l'incongruence fémoro-patellaire ont toutes deux fait l'objet d'études approfondies au cours des deux dernières décennies, dont plusieurs travaux réalisés par des membres éminents de l'École de chirurgie du genou de Lyon (LSKS). Par la suite, de nombreux fabricants d'implants ont amélioré la conception des ATG en élargissant les gammes de tailles pour améliorer l'ajustement os-implant dans les genoux "...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous