En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Complémentarité entre podologues et chirurgiens  dans le traitement des affections du pied

Paru dans le numéro N°284 - Mai 2019
Article consulté 315 fois

Complémentarité entre podologues et chirurgiens dans le traitement des affections du pied

Par Cyrille CAZEAU dans la catégorie ACTUALITÉ
Clinique Victor Hugo, 5 rue du Dôme, 75116 Paris

La collaboration est possible entre podologues et chirurgiens car les objectifs, bien que dissemblables en apparence sont communs et sont explicités par les mêmes lois de la physique.
Selon Aristote faisons « la recherche de relations entre des choses apparemment indépendantes et la recherche de similitudes entre des choses dissemblables aux yeux du commun des mortels ».

 

La collaboration est possible entre podologues et chirurgiens car les objectifs, bien que dissemblables en apparence sont communs et sont explicités par les mêmes lois de la physique.
Selon Aristote faisons « la recherche de relations entre des choses apparemment indépendantes et la recherche de similitudes entre des choses dissemblables aux yeux du commun des mortels ».

 

I- L’accord commun, ou accord préalable

La collaboration entre podologues et chirurgiens exige un accord commun, raison rhétorique classique pour laquelle la discussion est possible.

Cet accord qui consiste à diminuer voire supprimer les douleurs du patient font appels à des notions physiques identiques, que le traitement soit podologique ou chirurgical.

La douleur est liée à la déformation des corpuscules de Pacini qui sont des mécanorécepteurs. On peut ainsi en toute première approximation estimer que la douleur présente une relation avec une force exercée par rapport à une surface, autrement dit une pression. Peu importent les subtilités entre force pression et contraintes, il ne s’agit pas d’un exposé de biomécanique.

Il peut s’agir d’une force de compression comme des métatarsalgies latérales par transfert de charge, par insuffisance fonctionnelle du 1° rayon. La figure 1 montre que la réduction de la...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous