En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Comment nous traitons les fractures récentes du rachis thoraco-lombaire

Paru dans le numéro N°58 - Novembre 1996
Article consulté 30887 fois

Comment nous traitons les fractures récentes du rachis thoraco-lombaire

Par Ch. Louis, S. Nazarian, R. Louis dans la catégorie TECHNIQUE
Hôpital de la conception - Marseille

On peut évaluer à 10 000 par an le nombre de fractures thoraco-lombaires traitées en France. Selon notre expérience, en dehors de quelques cas très légers traités fonctionnellement, 60 % de ces lésions peuvent être traitées orthopédiquement et seulement 30 % nécessitent une prise en charge chirurgicale. Notre expérience porte sur plus de 500 cas traités dans le service sur une période de 25 ans.

Introduction

On peut évaluer à 10 000 par an le nombre de fractures thoraco-lombaires traitées en France. Selon notre expérience, en dehors de quelques cas très légers traités fonctionnellement, 60 % de ces lésions peuvent être traitées orthopédiquement et seulement 30 % nécessitent une prise en charge chirurgicale. Notre expérience porte sur plus de 500 cas traités dans le service sur une période de 25 ans.

Nous insisterons sur le fait que la réalisation d’un programme thérapeutique ne peut être sûr et efficace que si toutes les conditions de qualification chirurgicale, de personnel paramédical compétent et de matériel sont réunies.

I. Bilan

I. a) Bilan clinique

Il doit être le plus précis possible car permettra de déterminer le caractère d’urgence de la prise en charge thérapeutique et donc d’orienter le patient vers le centre médical le plus adapté à la situation.

Dans ce bilan, certains points méritent d’être soulignés :

1° les fractures du rachis dorso-lombaire résultent souvent d’un traumatisme à haute énergie (chute d’un lieu élevé, accident de la voie publique) dont le mécanisme lésionnel doit être recherché pour aider au bilan anatomopathologique.

2° l’examen d’un accidenté se plaignant du «dos» doit...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous