En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Comment limiter l’encoche scapulaire des prothèses inversées :  latéralisation, infériorisation, inclinaison ?

Paru dans le numéro N°311 - Février 2022
Article consulté 383 fois

Comment limiter l’encoche scapulaire des prothèses inversées : latéralisation, infériorisation, inclinaison ?

Par Philippe Collotte, Gilles Walch dans la catégorie BIOMÉCANIQUE
Centre Orthopédique Santy – Hopital Privé Jean Mermoz – 24 avenue P Santy – Lyon 69008

La prothèse inversée a marqué un réel tournant dans la chirurgie de l’épaule. Elle a permis de proposer une solution thérapeutique efficiente à des patients chez qui nous n’avions pas d’alternative chirurgicale jusqu’alors. L’originalité du concept était inédite, à contre-courant de l’orthopédie : redonner une fonction sans restaurer l’anatomie de l’articulation.

La prothèse inversée a marqué un réel tournant dans la chirurgie de l’épaule. Elle a permis de proposer une solution thérapeutique efficiente à des patients chez qui nous n’avions pas d’alternative chirurgicale jusqu’alors. L’originalité du concept était inédite, à contre-courant de l’orthopédie : redonner une fonction sans restaurer l’anatomie de l’articulation.

Figure 1 : Prothèse inversée « Delta » de Grammont : Tige humérale angulée à 155° et gléno-sphère hémisphérique avec son bord inférieur au niveau du bord inférieur de la glène.

 

Les premières tentatives dans les années 1970, du fait de la latéralisation du centre de rotation (COR) et du design inadapté de l’implant glénoïdien, présentaient un taux élevé de descellement et ont rapidement été abandonnées (1). Grammont, en médialisant le COR pour le placer à l’interface implant/os, résolvait cet écueil (2). Il associait, dans la version « Delta », un implant huméral angulé à 155° avec, sur le versant scapulaire, un hémisphère dont le bord inférieur était positionné au niveau du bord inférieur de la glène (fig. 2).

Figure 2 : Conflit entre le bord médial de l’insert en polyéthylène et la scapula responsable d’une encoche au niveau de la scapula et de l’insert.

 

Cette inversion de l’anatomie gléno-humérale permettait...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous