En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Comment je traite les fractures de l’olécrâne

Paru dans le numéro N°279 - Décembre 2018
Article consulté 368 fois

Comment je traite les fractures de l’olécrâne

Par Dominique M. Rouleau dans la catégorie MISE AU POINT
Université de Montréal - Hôpital du Sacré-Cœur de Montréal Québec, Canada

Les fractures de l’olécrâne sont parmi les fractures le plus souvent opérées du membre supérieur. Plusieurs méthodes de fixation existent, et nous discuterons ici de la technique de hauban et de la fixation par plaque. La technique de hauban est une méthode classique de traitement des fractures qui est le plus communément utilisée dans les cas de fractures de l’olécrâne.

Introduction

Les fractures de l’olécrâne sont parmi les fractures le plus souvent opérées du membre supérieur. Plusieurs méthodes de fixation existent, et nous discuterons ici de la technique de hauban et de la fixation par plaque. La technique de hauban est une méthode classique de traitement des fractures qui est le plus communément utilisée dans les cas de fractures de l’olécrâne [1].

Selon les principes théoriques de l’AO [2], une structure tubulaire recourbée soumise à une force de compression aura un côté sous tension et un côté sous compression [3]. Ainsi, selon l’AO, lorsqu’une force en tension est appliquée sur le côté en tension cela augmentera la force de compression du côté opposé.  Selon ce principe établi depuis 40 ans, il est obligatoire que le côté opposé à celui sous tension soit le siège d’une fracture simple, sans perte osseuse ni fragmentation. Le rôle de la fixation par plaque intervient spécifiquement dans les situations où ce n’est pas le cas.

L’olécrâne ne peut pas vraiment être décrit comme un os tubulaire recourbé soumis à une force de compression et certaines études ont révélé que la force de compression créée par haubanage sur l’olécrâne était faible [4]. Brink et al. ont, quant à eux, rapporté une force de compression en extension active seulement...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous