En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Classification des fractures articulaires de l'extrémité supérieure de l'humérus

Paru dans le numéro N°39 - Décembre 1994
Article consulté 13743 fois

Classification des fractures articulaires de l'extrémité supérieure de l'humérus

Par J. Duparc dans la catégorie PÉDAGOGIE
Paris

Dans le cadre des fractures de l’extrémité supérieure de l’humérus les fractures articulaires méritent d’être individualisées. Ce sont des fractures complètes avec deux ou plusieurs fragments dont le trait principal intra-articulaire détache la tête humérale. Elles sont souvent difficiles à identifier, toujours difficiles à traiter. Nous éliminons de cette étude les fractures parcellaires et les fractures sous-tubérositaires dont certains aspects, nous le verrons, sont difficiles à identifier. Nous avons donné un aperçu de notre classification dès 1976 avec A. Largier dans un travail concernant les Fracture-luxations. Depuis, à plusieurs reprises nous avons cherché à préciser le cadre de ces fractures.

A. Burstein dans un récent éditorial du J.B.J.S. (1) rappelle que pour être utilisable une classification doit être fiable. Sidor et col.(11) dans le même Journal rapporte une étude sur l’«Interobserver Reliability» de la Classification de Neer (10) très largement utilisée dans les publications anglo-saxonnes. Ils ont étudié la concordance des réponses de chirurgiens différents à la lecture de mêmes clichés. Le taux de concordance a été d’environ 30 %. La contre-épreuve l’«Intra-observer Reproducibility» ou concordance des lectures de clichés par un même lecteur, espacées dans le temps, n’a pas été meilleure.

Siebenrock et Gerber (12) ont fait une étude identique pour évaluer la fiabilité des classifications de Neer et l’A.O/ASIF.(9) et ont abouti aux mêmes conclusions. Il convient donc d’être prudent dans l’énoncé de toute classification concernant ces fractures. Dans la fiabilité interviennent deux éléments ; la terminologie utilisée pour l’identification qui doit être claire et évocatrice, donc anatomique et la lecture radiologique liée aux techniques d’examen utilisées

Proposition de classification

On peut distinguer trois groupes de fractures articulaires de l’extrémité supérieure de l’humérus.

  1. Les...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous