En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Chirurgie de la paroi thoracique antérieure :  pectus carinatum et excavatum

Paru dans le numéro N°278 - Novembre 2018 - Cahier 2
Article consulté 134 fois

Chirurgie de la paroi thoracique antérieure : pectus carinatum et excavatum

Par Pierre Lascombes (1), Jim Wilde (2), Isabelle Ruchonnet- Métrailler(3) dans la catégorie TECHNIQUE
1- Service d’orthopédie pédiatrique / 2- Service de chirurgie pédiatrique / 3- Unité de pneumologie pédiatrique, Hôpitaux Universitaires de Genève

Face à la demande de nombreuses consultations motivées par une déformation de la paroi antérieure du thorax chez les enfants et adolescents, nous avons créé en 2014 une consultation pluridisciplinaire destinée aux pectus excavatum (PE), carinatum (PC) et autres asymétries de la cage thoracique qui ne sont pas clairement associées à une pathologie malformative du rachis.

Face à la demande de nombreuses consultations motivées par une déformation de la paroi antérieure du thorax chez les enfants et adolescents, nous avons créé en 2014 une consultation pluridisciplinaire destinée aux pectus excavatum (PE), carinatum (PC) et autres asymétries de la cage thoracique qui ne sont pas clairement associées à une pathologie malformative du rachis (1).

Notre bassin de population correspond à la Suisse Romande soit environ 2 millions d’habitants. Une cohorte de 110 patients s’est aujourd’hui constituée, 49 PE et 61 PC, comprenant pour ces quatre premières années 64 traitements conservateurs (39 corsets compressifs dynamiques pour PC et 25 cloches aspirantes pour PE) et 10 traitements chirurgicaux.

Dès le début, nous avons inclus dans cette activité pluridisciplinaire des pédiatres de diverses spécialités dans le but de détecter des anomalies associées et de faire un bilan complet :autres affections faisant de ces déformations des affections syndromiques,

  • un pneumologue pour évaluer les fonctions respiratoires (un cas de malformation pulmonaire, des douleurs thoraciques et dyspnées d’effort rapportées chez 48% des PC et 12% des PE),
  • un cardiologue pour évaluer la fonction cardiaque (un cas de communication inter auriculaire inconnu auparavant).

Le but de...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous