En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :

Paru dans le numéro N°288 - Novembre 2019 - Cahier 2
Article consulté 101 fois

Chirurgie ambulatoire et hospitalisation de courte durée point médico-légal

Par Nicolas Chanzy dans la catégorie COMPLICATIONS
Chirurgien conseil MACSF / [email protected]

La prise en charge ambulatoire et les hospitalisations de courte durée rentrant dans le cadre de la récupération rapide des patients après chirurgie (RRAC), également appelées Fast Track Chirurgie, sont devenues pratique courante en 2019.

 

La prise en charge ambulatoire et les hospitalisations de courte durée rentrant dans le cadre de la récupération rapide des patients après chirurgie (RRAC), également appelées Fast Track Chirurgie, sont devenues pratique courante en 2019.

Nous rappellerons que suite aux entretiens de Bichat du 5 octobre 2017, la Ministre de la santé, Madame Agnès BUZYN, avait annoncé des objectifs ambitieux de prise en charge chirurgicale ambulatoire, à savoir « D’ici à 2022, je souhaite porter la médecine ambulatoire à 55% et la chirurgie ambulatoire à 70% ».

La tendance en orthopédie

Actuellement, en chirurgie orthopédique, près de 50% des interventions, tous actes confondus, sont réalisés en ambulatoire ou hospitalisation de très courte durée. Ces hospitalisations de très courte durée tendent à aller vers une durée moyenne, pour la chirurgie prothétique en particulier, de l’ordre de quatre jours.

A titre d’exemple, en 2016, la durée moyenne d’hospitalisation pour une prothèse totale de hanche était de l’ordre de 7 jours avec 944 patients en ambulatoire. 

Concernant les prothèses totales de genou, la durée de moyenne était de l’ordre de 7,5 jours avec 345 patients en ambulatoire. 

Ne pouvant se soustraire à cette tendance forte, étant même très souvent promoteurs, les chirurgiens...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous