En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Arthrose piso-triquetrale : une alternative chirurgicale à la  pisiformectomie - Résultats préliminaires

Paru dans le numéro N°291 - Février 2020
Article consulté 368 fois

Arthrose piso-triquetrale : une alternative chirurgicale à la pisiformectomie - Résultats préliminaires

Par Philippe PASQUIER dans la catégorie MISE AU POINT
CDLM, clinique Montier la Celle, Gpe ELSAN, Troyes / [email protected]

En matière d’arthrose piso-triquétrale (APT), le consensus est très net, il faut faire une pisiformectomie.
Les articles les plus récents illustrent bien la dualité de cette prise en charge : le consensus repose sur la pisiformectomie, avec de nombreuses études rétrospectives et prospectives depuis au moins 20 ans, la plus récente est très claire en ce domaine.

Introduction

En matière d’arthrose piso-triquétrale (APT), le consensus est très net, il faut faire une pisiformectomie.

Les articles les plus récents illustrent bien la dualité de cette prise en charge : le consensus repose sur la pisiformectomie, avec de nombreuses études rétrospectives et prospectives depuis au moins 20 ans, la plus récente (G. DAUTEL) est très claire en ce domaine. Cependant, d’autres auteurs, de façon plus ponctuelle mettent régulièrement en avant d’autres solutions, en particulier des tentatives d’arthroplastie piso-triquétrale (BELLEMERE), avec des résultats corrects, mais des difficultés de stabilisation des implants (pyrocarbone).

L’arthrodèse piso-triquétrale ne semble plus avoir de défenseurs.

Pourquoi, si la pisiformectomie est si performante, certains essaient de trouver des solutions alternatives ?

Peut-être parce que les résultats ne sont pas toujours à hauteur de la situation, en particulier chez le sujet jeune, à la demande fonctionnelle élevée ? Peut-être à cause du caractère radical de la résection osseuse et de l’absence de solution alternative en cas d’échec ? : Le caractère « définitif » du geste proposé peut faire reculer, notamment chez le sujet jeune, soumis à des contraintes mécaniques (port de charge, martèlement,…) en particulier...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous