En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Arthrolyse arthroscopique pour raideur  sur prothèse totale du genou

Paru dans le numéro N°270 - Janvier 2018
Article consulté 905 fois

Arthrolyse arthroscopique pour raideur sur prothèse totale du genou

Par Francois Kelberine, Jean-Philippe Vivona dans la catégorie TECHNIQUE
Pôle Aixois de Chirurgie Articulaire et Sportive (PACAS) - Clinique Provençale Parc Rambot, Aix en Provence / e-mail : [email protected]

La fréquence des implantations des prothèses totales du genou (PTG) est en croissance significative. L’arthroplastie du genou représente un traitement efficace des affections évoluées avec un taux de survie satisfaisant à long terme.

La fréquence des implantations des prothèses totales du genou (PTG) est en croissance significative. L’arthroplastie du genou représente un traitement efficace des affections évoluées avec un taux de survie satisfaisant à long terme.

Elle présente évidemment des risques de complications et parmi elles, la raideur.

Son incidence sur PTG varie entre 1,3% et 7% (1,2,3) avec un retentissement sur les activités journalières.
Initialement, pour certains, il fallait obtenir 70° pour le déroulement du pas, 90° pour la montée et/ou descente des escaliers et 105° pour se lever d’une chaise (4).

La raideur se définissait alors comme une limitation de la flexion de 75° et/ou un flessum de 15° (1,5).

Cependant, ces chiffres sont certainement insuffisants chez des sujets plus jeunes et actifs dont les requêtes fonctionnelles voire sportives sont majorées (6) d’autant qu’un genou raide est très souvent source de course patellaire décentrée avec douleurs et blocages (7).

C’est pourquoi, pour nous comme pour Yercan (2), une flexion de 95° et/ou une extension à -10° représentent une indication d’arthrolyse en cas de gêne fonctionnelle.

Les causes sont souvent multiples intra ou extra articulaires.

- Les premières peuvent être pré opératoires (chirurgie lourde préalable, genou déjà raide), per...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous