En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Arthrodèse lombaire versus oenothérapie dans la lombalgie chronique

Paru dans le numéro N°100 - Janvier 2001
Article consulté 6279 fois

Arthrodèse lombaire versus oenothérapie dans la lombalgie chronique

Par F. Jacquot, P. Garçon, G. Saillant dans la catégorie HUMOUR

"Etude prospective randomisée : F. JACQUOT, P. GARÇON, G. SAILLANT"

Bien que la lombalgie chronique invalidante soit de fréquence extrêmement élevée dans les pays occidentaux et qu'elle soit à l'origine d'un coût social très important, il n'y a pas de consensus quand à sa prise en charge thérapeutique. Les différentes méthodes de traitement ont fait l'objet d'un grand nombre d'études, dont les résultats sont contradictoires.

Introduction

Bien que la lombalgie chronique invalidante soit de fréquence extrêmement élevée dans les pays occidentaux et qu'elle soit à l'origine d'un coût social très important, il n'y a pas de consensus quand à sa prise en charge thérapeutique. Les différentes méthodes de traitement ont fait l'objet d'un grand nombre d'études, dont les résultats sont contradictoires. En fait la plupart des travaux sont d'interprétation difficile en raison de biais méthodologiques regrettables :

  • critères d'évaluation déplorables
  • importance excessive donnée à la technique de traitement
  • absence d'évaluateur intègre
  • absence de série consécutive
  • inclusion de patients inhomogènes
  • confusion de multiples diagnostics
  • absence constante de groupe contrôle

Le traitement médical, quelque soit la méthode (traitements médicamenteux, rééducation, manipulations) ne donne des résultats satisfaisants que dans 25 à 65% des cas. En définitive, un tiers des patients au moins se tournent donc vers le traitement chirurgical.

Mais les résultats de la chirurgie d'arthrodèse dans le traitement des lombalgies chroniques sur discopathie sont décevants, avec des résultats satisfaisants allant de 20 à 90% selon les séries et quelque soit la méthode d'arthrodèse. Le caractère non prévisible des résultats chirurgicaux,...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous