En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Anatomie et pathologie douloureuse du plan musculaire cervico-thoracique postérieur

Paru dans le numéro N°185 - Juin 2009
Article consulté 27958 fois

Anatomie et pathologie douloureuse du plan musculaire cervico-thoracique postérieur

Par J.-Y. Maigne dans la catégorie ANATOMIE
Médecine Physique, Hôtel-Dieu de Paris

Le plan musculaire cervico-thoracique postérieur doit concilier des impératifs a priori contradictoires. En effet, si sa fonction de stabilisation posturale est au premier plan (avec des muscles comme le multifidus et le semispinalis), il doit aussi assurer les mouvements fins et rapides de la tête qui suivent ceux du regard, et ceux, plus globaux, du rachis cervical moyen et inférieur, d’où une particulière complexité d’organisation.

Introduction

Le plan musculaire cervico-thoracique postérieur doit concilier des impératifs a priori contradictoires. En effet, si sa fonction de stabilisation posturale est au premier plan (avec des muscles comme le multifidus et le semispinalis), il doit aussi assurer les mouvements fins et rapides de la tête qui suivent ceux du regard, et ceux, plus globaux, du rachis cervical moyen et inférieur, d’où une particulière complexité d’organisation. Les muscles stabilisateurs prennent une insertion solide sur le rachis thoracique haut tandis que l’adaptation posturale se fait par des muscles segmentaires ou pauci-segmentaires. A cette complexité d’organisation répond une pathologie variée qu’il est intéressant d’envisager de façon analytique, muscle par muscle. Le but de ce travail est donc de rappeler les insertions, l’innervation et l’action des différents muscles du plan cervico-thoracique postérieur, d’en souligner les techniques de palpation et d’en expliquer la pathologie douloureuse.

Le plan musculaire cervico-thoracique postérieur comprend quatre couches successives qui sont, de la superficie vers la profondeur, le plan du trapèze, le plan des splenius, le plan du semispinalis et le plan profond (muscles multifidus et sous occipitaux). Nous y associerons le levator...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous