En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour la bonne gestion de votre compte et de vos abonnements.

Recherche

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
Alignement mécanique ajusté pour obtenir un genou équilibré avec moins de libération ligamentaire : Conseils et astuces chirurgicales d’une technique modifiée d’ajustement de l’espace en extension dans l’arthroplastie de genou

Paru dans le numéro N°290 - Janvier 2020
Article consulté 394 fois

Alignement mécanique ajusté pour obtenir un genou équilibré avec moins de libération ligamentaire : Conseils et astuces chirurgicales d’une technique modifiée d’ajustement de l’espace en extension dans l’arthroplastie de genou

Par Hagen Hommel (1,2), Peter Fennema (3) dans la catégorie TECHNIQUE
(1). KH-MOL GmbH Sonnenburger Weg 3, 16269 Wriezen, Allemagne - (2). Medizinische Hochschule Brandebourg (MHB), Theodor Fontane, Fehrbelliner Straße 38, 16816 Neuruppin, Allemagne - (3). AMR Advanced Medical Research GmbH, Hofenstrasse 89b, 8708 Männedorf, Suisse / E-mail : [email protected]

L’un des principaux objectifs de l’arthroplastie totale de genou (ATG) est d’obtenir un genou stable et bien équilibré avec un membre inférieur dans un alignement neutre, car on considère que cela est nécessaire à des résultats cliniques positifs et à la survie de l’implant.

Introduction

L’un des principaux objectifs de l’arthroplastie totale de genou (ATG) est d’obtenir un genou stable et bien équilibré avec un membre inférieur dans un alignement neutre, car on considère que cela est nécessaire à des résultats cliniques positifs et à la survie de l’implant [1]. La technique d’alignement mécanique (AM) pour l’ATG vise à créer systématiquement un « genou prothétique biomécaniquement fonctionnel » plutôt que de restaurer l’anatomie initiale propre du patient [1,2]. La technique d’AM a trois buts. Le premier but est de créer un axe mécanique neutre du membre dans le plan frontal avec une articulation fémorotibiale perpendiculaire à cet axe. Le deuxième but est d’aligner l’élément fémoral parallèlement à l’axe transépicondyles (ATE) dans le plan axial. Troisièmement, la technique d’AM vise à aligner le mécanisme extenseur par rapport aux composants dans les trois plans [3]. Selon certains auteurs, ce positionnement de l’implant a été recommandé pour prévenir une instabilité et une déviation du trajet de la rotule, un descellement précoce de l’implant et une usure accélérée du polyéthylène, car elle génère moins de contraintes qui sont réparties plus également dans l’articulation et sur les interfaces osseuses. [1]. Ce concept vise « une cible...

Contenu réservé aux abonnés

Abonnez-vous